VOTRE

Prononciation : vo-tr'
Nature : adj. poss.

1Il répond au pronom personnel vous, se met toujours devant le substantif, et se dit en parlant à une personne ou à plusieurs.
Philinte : Dans vos brusques chagrins je ne vous puis comprendre ; Et, quoique amis enfin, je suis tout des premiers.... - Alceste : Moi, votre ami ? rayez cela de vos papiers , MOL. , Mis. I, 1
Quoiqu'il soit votre fils et même votre ouvrage, Il est votre empereur , RAC. , Brit. IV, 2
Votre Oreste au berceau va-t-il finir sa vie ? , RAC. , Iphig. I, 1
D'ordinaire ces messieurs-là [les lutins] sont brusques ; ils ouvrent vos rideaux, tirent votre couverture, vous donnent quelques soufflets, et on ne sait ce qu'ils deviennent , FONT. , Lett. gal. 12
Adieu, Tithon et l'Aurore ; avez-vous gagné vos soixante-neuf ans au métier de Tithon ? , VOLT. , Lett. Moncrif, 27 mars 1757
Ce mot de Mme de Sévigné à sa fille : J'ai mal à votre poitrine ; expression de génie, si l'on peut appeler ainsi ce que le coeur a inventé , MARMONTEL , Oeuv. t. VII, p. 474
2Il se dit quelquefois non pas de ce que vous possédez, mais de ce dont vous parlez, de ce qui tient à vous d'une façon quelconque.
Que voulez-vous dire avec votre bon visage ? Monsieur l'a fort mauvais , MOL. , Mal. imag. II, 3
Astarbé vous défend de découvrir au roi quel est votre étranger , FÉN. , Tél. III
Et parbleu ! vous rêvez ; Pour connaître vos gens, mettez mieux vos lunettes , REGNARD , Bal, sc. 13
Vous voulez rire avec vos quatre millions , VOLT. , Mél. hist. Quelques niaiseries, X
Votre Malebranche, lui dit un jour l'Ingénu, me paraît avoir écrit la moitié de son livre avec sa raison, et l'autre avec son imagination et ses préjugés , ID. , l'Ingénu, 10
Le marquis : Je vous ai parlé du chevalier de Villars. - Délie : Eh bien ? - Le marquis : Eh bien, c'est votre inconnu , GENLIS , Théât. d'éduc. Zélie, III, 2
Relisez votre Molière , PICARD , Capitaine Belronde, III, 3
3Avec un nom de personne, il se dit souvent par dédain ou par colère.
Voici votre Achorée , CORN. , Pomp. v, 2
Revenez à moi, me dit-elle, et je me moquerai de votre Monsieur [le frère do Louis XIII], qui est le dernier des hommes , RETZ , Mém. t. II, liv. III, p. 365, dans POUGENS
Voici votre Mathan : je vous laisse avec lui , RAC. , Ath. II, 4
4Votre, vos, placé devant les adverbes comparatifs fait le superlatif. Votre plus grande dépense. Vos moins chers volumes. Au XVIIe siècle, on répétait volontiers votre devant un second adjectif, quand il y en avait deux : Renoncer à ce qui devrait être votre souveraine et votre unique consolation, BOURDAL. Domin. 5° dimanche après Pâques, Prière, t. II, p. 199. On dirait aujourd'hui : Votre souveraine et unique consolation. XIe s.
Je jetai voz choses de la nef pur poür [peur] de mort , Lois de Guill. 38
Branche d'olive en vos mains porterez , Ch. de Rol. v
Dunt bien purrez voz soldeiers luer , ib. IX
Vostre curages est mult pesmes e fiers , ib. XVIII
XIIe s.
[Je] Proi vous, dame, par vo très grant valors, Que vous amez [aimiez] vostre loial ami , Couci, VII
Mais quant vostre oil [vos yeux] me veulent regarder, Et je remir le vostre biau cors gent , ib. x
Et vos [votre] douz front qui plus est clair que glace , ib. X
XIIIe s.
Seigneur, j'ai bien veues vos lettres, et bien sai tout certainement que vostre seigneur sont li plus haut home qui soient , VILLEH. , XI
Fille, ce dist li rois, ressemblez [à] vostre mere , Berte, IV
Mere, ce dist Aliste, Diex oie vo priere , ib. XI
Bien est vos traïsons veüe et esprouvée , ib. XVI
Sire, que la vostre ame soit de Dieu couronnée , ib. XLVI
Quant pour vostre marastre vo pere avez perdu , ib. LI
Vo marastre vous a et ferue et laidite , ib. LIX
XVe s.
Ilz se recommandent à vous comme vostres chevaliers , Perceforest, t. VI, f° 105
XVIe s.
Et votre amour [l'amour que je vous porte] m'excuse, Qui troubla tant mes douloureux esprits , MAROT , I, 352
Berry, voute ; norm. vote ; picard, vo ; provenç. vostre, vostra ; espagn. vuestro, vuestra ; portug. vosso, vossa ; ital. vostro, vostra ; du lat. vester, dérivé de vos, vous ; dérivé du grec vous deux. Dans l'anc. franç. vostre s'emploie au pluriel, mais seulement au nominatif ; vos, qui en est l'apocope, s'emploie au singulier et au pluriel ; au nominatif singulier, il peut devenir vo. Votre, étant enclitique, a pris l'o bref, mais il reprend l'o long quand il n'est plus enclitique : le vôtre.