VOTER

Prononciation : vo-té
Nature : v. n.

1Autrefois, voter était employé dans les couvents, et signifiait donner sa voix au chapitre. Plus tard, quelques historiens s'en servirent en parlant des affaires d'Angleterre ou à l'imitation des affaires d'Angleterre, pour signifier donner sa voix dans une assemblée.
La manière de donner son avis dans le concile, ce qu'on appelle autrement voter , Hist. du concile de Trente, de Fra Paolo, trad. de le Courayer (1736), t. I, p. 239
Ils [les membres du parlement sous Charles Ier] votèrent que la fameuse loi Habeas corpus, la gardienne de la liberté, ne devait jamais recevoir d'atteinte , VOLT. , Moeurs, 179
C'est de là qu'il a passé dans l'usage actuel avec le sens de donner sa voix, son suffrage dans une élection, une délibération.
Nelbroun pour le ministre a voté quelquefois , C. DELAV. , Popularité, I, 2
J'écoutais les raisons sans penser aux personnes, Et votais pour les lois quand je les trouvais bonnes , C. DELAV. , ib.
Oui, mon cher ; c'est la plaie du système représentatif que cette foule de députés qui veulent penser par eux-mêmes, voter, comme ils disent, en connaissance de cause , REYBAUD , Jér. Paturot, II, 20
2V. a. Exprimer, au moyen du vote, son consentement à. Voter une loi, le budget. Voter une adresse, des remercîments. Dans le langage général, voter des remercîments, se dit sans qu'il y ait aucune espèce de vote.
Je commencerai par voter des remercîments au traducteur , DESTUTT-TRACY , Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. IV, p. 544
Vote.