VOLTIGEUR

Prononciation : vol-ti-jeur
Nature : s. m.

1Celui qui voltige sur un cheval.
Combien de mouvements très compassés, très ordonnés, très variés tout ensemble un musicien, un danseur, un voltigeur n'exécutent-ils pas sans réflexion ? , BONNET , Ess. psychol. 39 Maître qui enseigne à voltiger. Cavalier qui apprend à monter, à voltiger sur un cheval. Cheval dressé pour la voltige.
2Celui qui voltige sur une corde lâche. Ce voltigeur fait des tours étonnants. Au fémin. Voltigeuse, femme qui voltige sur une corde lâche. 3Terme militaire. Soldats de petite taille, formant autrefois une compagnie d'élite à la gauche du bataillon et destinés à se porter rapidement de côté et d'autre.
Ceux-ci [les lanciers russes] repoussés rencontrèrent, en tournant, sur leurs pas les deux cents voltigeurs parisiens que la fuite du seizième de chasseurs à cheval avait laissés seuls entre les deux armées ; ils les assaillirent ; tous les regards se fixèrent sur ce point ; des deux côtés on jugeait ces fantassins perdus.... , SÉGUR , Hist. de Nap. IV, 8 Par imitation de l'armée. Voltigeurs, dans la garde nationale.
Jérôme [le capitaine de cette compagnie] jurerait comme un sacripant, qu'il n'en aurait que plus d'empire sur les voltigeurs , REYBAUD , Jér. Paturot. II, 2
Sous la Restauration, voltigeur de Louis XIV, émigré rétabli sur les cadres de l'armée.
4Le grand voltigeur hollandais, navire imaginaire dont les marins du siècle dernier parlaient dans leurs fables du gaillard d'avant, et qu'on supposait porter une nation entière dans ses flancs, sous la direction de Satan. 5Voltigeurs, se dit à Paris des chiffonniers non médaillés. 6Adj. Terme de zoologie. Se dit des animaux qui ont les bras conformés en ailes. Voltiger. XVIe s.
Au reguard de fanfarer et faire les petits popismes sur ung cheval, nul ne le feit mieulx que lui : le voltigeur de Ferrare n'estoyt qu'ung cinge en comparaison , RAB. , Garg. I, 23