voliere

Prononciation : vo-liè-r'
Nature : s. f.

1Lieu ordinairement fermé de fil d'archal où l'on nourrit des oiseaux. Avoir une volière dans son jardin.
Diphile commence par un oiseau et finit par mille ; sa maison n'en est pas infectée, mais empestée ; la cour, la salle, l'escalier, le vestibule, les chambres, le cabinet, tout est volière , LA BRUY. , XIII
La meilleure exposition pour les volières est celle de l'orient ; c'est une expérience constante que les nids réussissent mieux là que partout ailleurs , GENLIS , Maison rust. t. I, p. 423, dans POUGENS Edifice qui fait partie d'une ménagerie et qui est destiné à renfermer et à conserver des oiseaux, ordinairement des oiseaux rares.
2Particulièrement, grande cage qui a plusieurs séparations pour mettre différentes sortes d'oiseaux. 3Lieu où l'on nourrit des pigeons. Pigeons de volière. XVe s.
Champaigne a Meaulx et Trois sa justiciere, Vitri, Chaumont ; par ces quatre liens Ou par les deux est Brie en voliere , E. DESCH. , Poésies mss. f° 232
Les femmes me plaisent bien autant et plus que vos chasses et volieres , LOUIS XI , Nouv. XXVI
XVIe s.
Chants de tous oisillons domestiques et nourris en des voliers , YVER , p. 625
Voler 1 ; wallon, volir.