VOLETER

Prononciation : vo-le-té. Le t se double quand la syllabe qui suit est muette : je volette, je voletterai
Nature : v. n.

Voler à plusieurs reprises, à la manière des petits oiseaux.
Et les petits, en même temps, Voletants, se culebutants, Délogèrent tous sans trompette , LA FONT. , Fabl. IV, 22
Lorsque leurs ailes [des petits de la cigogne] commencent à croître, ils s'exercent à voleter au-dessus du nid , BUFF. , Ois. t. XIII, p. 380 Fig.
Il faudrait un peu de cette liberté anglaise qui nous manque.... nous sommes de jolis oiseaux à qui on a rogné les ailes ; nous voletons, mais nous ne volons pas , VOLT. , Lett. Mme du Deffant, 19 août 1763
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
XIIe s.
Li aigles purvocans [provoquant] à voler ses pulcins, et sur els volitanz , Lib. psalm. p. 243
XIIIe s.
Si come aigle apele à voler ses polcins et seur eus voletanz , Psautier, f° 187
Come l'aigle volete seur ses oisiax por euls garder , ib.
Li cuers li muet molt et volete , Partonop. v. 1307
XIVe s.
Quant l'esprevier sera plus fort et qu'il volletera , Ménagier, III, 2
XVIe s.
Le vent par coups ses membres descouvroit, Et voleter faisoit ses vestemens , MAROT , IV, 40
Comme un papillon, voletant de fleurette en fleurette , YVER , p. 631
Oyseaux qui voletez par ces lieux solitaires , DESPORTES , Angélique, 1
On le veoit [l'Arioste] voleter et saulteler de conte en conte, comme de branche en branche , MONT. , II, 104
Provenç. volitar ; du lat. volitare, fréquentatif de volare, voler 1. 1Petite claie sur laquelle on épluche la laine 2Se dit d'une frange de cordelettes, dont on borde le réseau qui couvre le cheval en été, afin qu'en le secouant, il chasse les mouches. Autre forme de volet.