VOLATILE

Prononciation : vo-la-ti-l'
Nature : s. m.

1Animal qui vole.
Dans une ménagerie De volatiles remplie , LA FONT. , Fabl. III, 12
Je ne suis qu'un volatile, répliqua l'autre [le phénix] ; mais je naquis dans le temps que toutes les bêtes parlaient encore , VOLT. , Princ. de Babyl. III
Celui-ci [le moqueur] est, si l'on en croit Fernandez, Nurenberg et les Américains, le chantre le plus excellent parmi tous les volatiles de l'univers, sans même en excepter le rossignol , BUFF. , Ois. t. v, p. 451
Rien de plus admirable que ces légions de volatiles qui, à temps marqué, passent d'un pays dans d'autres très éloignés ; quel instinct les rassemble ? quelle boussole les dirige ? quelle carte leur trace la route ? , BONNET , Contempl. nat. XI, 13
2Il est souvent féminin, bien que l'Académie ne donne pas ce genre.
La volatile échappe à sa tremblante main ; Entre les pieds des dieux elle cherche un asile , LA FONT. , Phil. et Bauc.
Mais un fripon d'enfant (cet âge est sans pitié) Prit sa fronde, et d'un coup tua plus d'à moitié La volatile malheureuse , LA FONT. , Fabl. IX, 2
XIIIe s.
E mainte voletille, peisson de mar [mer] , Gerard de Ross. p. 320
Quiconques est polaillier à Paris, qui vent polaille et voletille sanz autre regraterie ou sanz autre denrées , Liv. des mét. 178
Ne sans lor char ne voloit vivrs, Ainz en voloit estre mangierres, Tant est delicieus lechierres, Tant ot les volatiles chieres , la Rose, 20365
XVIe s.
Moutons, poulailles, et d'autres volatiles , PARÉ , XXIV, 6
Volatil.