VIVOTER

Prononciation : vi-vo-té
Nature : v. n.

Terme familier. Vivre petitement, avec peine.
Il [un certain auteur] vivotait ici d'une petite pension que lui donnait le clergé , GUI PATIN , Lett. t. II, p. 103
Vous croyez en dire du mal, en disant que cela [le lait] est bon pour faire vivoter une pauvre pulmonique ; vraiment, c'est une grande louange ; et, s'il fait vivoter une mourante, il fera vivre fort agréablement une personne qui se porte bien , SÉV. , 19 févr. 1690
À l'exception d'un certain nombre de riches et de gens à l'aise, que je réduis au tiers, le reste vivote, ou est aux expédients , CARACCIOLI , Lett. récréat. t. III, p. 86, dans POUGENS Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
XVIe s.
En vivotant e me entretenant honestement comme j'ay fayt jusques à present , Lett. de Rabelais, dans Journ. des savants, 1842, p. 45
C'est tout ce que la noblesse peut faire maintenant que de s'entretenir, vivotant en sa maison , LANOUE , 159
Le bon citoyen doit avoir zele aux choses publiques, et regarder plus loin qu'à vivotter en des servitudes honteuses , LANOUE , 709
Que si ces Essais estoient dignes qu'on en jugeast, il en pourroit advenir, à mon advis, qu'ils ne plairoient gueres aux esprits communs et vulgaires, ni gueres aux singuliers et excellents.... ils pourroient vivoter en la moyenne region , MONT. , I, 390
Dimin. de vivre ; wallon, vigoté ; génev. vicoter.