VITRAGE

Prononciation : vi-tra-j'
Nature : s. m.

1Action de vitrer. 2Collectivement. Toutes les vitres d'un bâtiment, d'un édifice. Le vitrage d'une église.
Toi, qu'en ces murs, pareille aux rêveuses sylphides, Ce vitrage éclairé montre à mes yeux avides, Jeune fille.... , V. HUGO , Odes et Ballades, le Sylphe.
3Châssis de verre servant de cloison. Cabinet séparé d'une chambre par un vitrage.
À Pompéi, l'an 1772, on a trouvé une fenêtre avec un beau vitrage de près de trois palmes ; les vitres avaient un palme en carré , QUATREMÈRE DE QUINCY , Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. III, p. 276 Se dit aussi des châssis vitrés qui servent de devanture aux tablettes d'un magasin, d'un cabinet de curiosités, etc.
4Collure des fils sur les asples des tours à dévider les cocons ; ce qui est un défaut. Vitrer. VITRAGE. Ajoutez : 5Petit rideau de fenêtre, par opposition aux grands rideaux.
Vitrages brodés, vitrages guipure, vitrages tulle, application, etc. , Vitrine d'un magasin de nouveautés, 28 août 1874