viscosite

Prononciation : vi-skô-zi-té
Nature : s. f.

1Propriété par laquelle les particules d'une substance adhèrent l'une à l'autre.
La viscosité naturelle des parties de l'eau fait que les inférieures, mues par la hauteur, entraînent les supérieures, qui, dans un canal horizontal, n'auraient eu d'elles-mêmes aucun mouvement , FONT. , Guglielmini. Théorie de la viscosité, hypothèse, aujourd'hui reconnue fausse, dans laquelle on suppose que la glace des glaciers est une substance visqueuse, pour en expliquer le mode de progression.
2Propriété particulière aux liquides épais et gluants, d'où résulte une grande adhérence de leurs molécules et la faculté de couler en filets plutôt qu'en gouttelettes.
Moins une substance communique de viscosité à l'eau, et plus la plante est susceptible d'en absorber , THENARD , Traité de chimie, t. III, p. 24, dans POUGENS
G. Naudé a écrit viscuosité : Ils deriverent en icelui [fleuve] deux petites rivieres qui destremperent sa viscuosité, Apologies, p. 211. XIVe s.
Et pour la grant viscosité du venin faut il quierre brief remede , Modus, f° XLV
Visqueuseté , LANFRANC , f° 113, verso.
XVIe s.
Tenuité, crassitie, viscosité.... , PARÉ , XX, 18
Visqueux.