VIRELAI

Prononciation : vi-re-lè
Nature : s. m.

1Ancienne poésie française, toute composée de vers courts, sur deux rimes ; elle commence par quatre vers, dont les deux premiers se répètent dans le cours de la pièce. 2Danse de chasse. L'air de cette danse. XIVe s.
Motès, rondiaus et virelais, Qu'on claimme chansons baladées , MACHAUT , p. 7
XVe s.
Et sont contenus audit livre.... toutes les chansons, ballades, rondeaux et virelais que le gentil duc fit en son temps , FROISS. , II, III, 13
Virer, et lai : lai en rond, rondeau. VIRELAI. Ajoutez : - REM. Le virelai est un petit poëme sur deux rimes. Le P. Mourgues (Traité de la poésie française, III, 6) le définit ainsi : "Les poëtes, après avoir conduit quelque temps le lai sur une rime dominante, le faisaient tourner ou virer sur l'autre rime, qui devenait dominante à son tour ; voilà exactement ce qu'était le virelai ancien." Puis il décrit une modification moderne du virelai en ces termes : "L'une des rimes domine dans toute la pièce, l'autre s'y joint de temps en temps pour faire un peu de variété. Le premier ou les deux premiers vers se répètent dans la suite, ou ensemble, ou séparément, autant de fois qu'ils tombent à propos et forment le virelai." On peut voir dans Jullien, les Formes harmoniques du français, Hachette, 1876, p. 184, un exemple de ce dernier genre de virelai. Toutefois, les anciens poëtes ne s'astreignaient pas toujours à la règle des deux rimes. Dans le premier bulletin de la Société des anciens textes français, M. Paul Meyer cite les premiers vers d'un virelai : ils sont sur trois rimes. Dans le recueil intitulé les Poëtes français jusqu'à Malherbe, se trouve (t. II, p. 146) un virelai de Jean Froissart sur quatre rimes. J. J. Rousseau a adressé à Mme de Warens une pièce en trois couplets à refrain, qu'il a nommée virelai ; c'est une erreur.