VINER

Prononciation : vi-né
Nature : v. a.

Additionner d'alcool les vins, pour les conserver, pour les faire voyager, pour les préserver d'une fermentation ultérieure et nuisible.
La commission a demandé la réforme de la loi de 1864 sur le vinage ; le droit de 100 fr. par hectolitre d'alcool employé à viner les vins est évidemment trop élevé ; et le département de l'Ain, qui pourrait viner avec profit les vins qu'il livre au commerce, trouverait dans l'abaissement de ce droit un avantage certain , Courrier de l'Ain, n° 149
XVIe s.
Tirer souvent du vin de la cuve par la guille ou espine, pour, en le tastant d'heure à autre, prendre avis du terme de le viner [faire prendre couleur et qualité] , O. DE SERRES , 215
Vin. Dans l'ancienne langue viner signifie cultiver la vigne, débiter du vin. VINER. Ajoutez : 2V. réfl. Se viner, prendre un goût vineux.
Cette bière [chauffée] peut se conserver indéfiniment dans le ballon sans jamais s'altérer ; elle s'évente à la longue, elle vieillit, se vine, mais elle ne devient ni sure, ni aigre, ni putride, malgré le contact de l'air extérieur , R. RADAU , Rev. des Deux-Mondes, 15 nov 1876, p. 441