VILEMENT

Prononciation : vi-le-man
Nature : adv.

D'une manière vile.
Du même fonds d'orgueil dont on s'élève fièrement au-dessus de ses inférieurs, l'on rampe vilement devant ceux qui sont au-dessus de soi , LA BRUY. , VI
XIIe s.
Mais Deus ne voleit pas qu'il fust traitez vilment , Th. le mart. 149
XIIIe s.
Si porroit [Narcisse] savoir et entendre Quel duel [deuil] ont li loial amant Que l'en refuse si vilment , la Rose, 1474
XIVe s.
Gaigner vilement et laidement , ORESME , Éth. III
XVIe s.
Ils sortent arrogamment hors des gonds en prosperitez, et se resserrent vilement en adversité , AMYOT , Tranq. d'âme, 7
Tout empesché de servir vilement à la moindre femmelette , LA BOÉTIE , Servit. volont.
Vile, et le suffixe ment ; provenç. vilmen ; espagn. et ital. vilmente.