VILEBREQUIN

Prononciation : vi-le-bre-kin
Nature : s. m.

1Outil d'artisan servant à faire des trous au moyen d'une mèche qu'on fait tourner par une manivelle.
Les anciens parlent souvent d'un Dédale d'Athènes auquel ils attribuent les plus importantes découvertes des arts et des métiers, la scie, la hache, le vilebrequin, la colle de poisson, les voiles, les mâts des vaisseaux, etc. , BARTHÉL. , Anach. ch. 37, note 25
2Terme de mécanique. Espèce d'arbre coudé. 3Vermet. XVe s.
Un coutelier qui faisoit couteaux et canivetz à la marque du wibrekin, qui en françois est appellé un foret à percer vin , OL. DE LA MARCHE , Mém. I, p. 373, dans LACURNE
XVIe s.
Avec le foret ou vebrequin, ente on aussi en plusieurs endroits , O. DE SERRES , 672
Un bon gros vibrequin de menuisier , O. DE SERRES , 194
Un virebrequin , D'AUB. , Faen. III, 3
Picard, biberkin ; génev. virabouquin, virebouquin, virebrequin ; Berry, virebrequin, vireberquin ; du flamand winboreken, non pas, comme veut Ménage, de wein, vin, et bohren, percer, mais de winden, tourner, et bohren, ainsi que le prouve la forme allemande correspondante Windelbohrer.