VICTUAILLE

Prononciation : vi-ktu-â-ll', ll mouillées, et non vi-ktu-â-ye
Nature : s. f.

1Provisions servant à la nourriture.
On donna arrêt de faire surseoir la conférence jusqu'à l'ouverture des passages, non-seulement pour le blé, mais même pour toutes sortes de victuailles , RETZ , II, 317
Qu'aperçois-je ! dit-il ; c'est quelque victuaille ! Et, si je ne me trompe à la couleur du mets, Je dois faire aujourd'hui bonne chère, ou jamais , LA FONT. , Fabl. VIII, 9
2Il se disait autrefois des vivres qu'on chargeait sur un navire. XIIIe s.
Et puis s'en alerent vers Provins, mais la vitaille lor aloit aukes [un peu] falant , Chron. de Rains, p. 185
Selonc ce qu'il auront vitaille Soit de poisson ou soit de char , la Rose, 13608
XIVe s.
Toute maniere de grains et de vitailles , DU CANGE , vitalia.
XVe s.
La vitaille doit estre dispersée et distribuée par sages gens , CHRIST. DE PISAN , Charles V, II, 36
XVIe s.
[Dans la basse-cour] la gouvernante accomodera de la victuaille et de l'eau , O. DE SERRES , 359
[Les mariniers portugais] qui.... les amuserent sur mer [les Juifs préférant l'exil à l'apostasie] tantost avant, tantost arriere, jusqu'à ce qu'ils eussent consommé leurs victuailles.... , MONT. , I, 298
Génev. vitaille ; provenç. vitailla, vitalha, vitoalha ; espagn. vitualla ; portug. vitualha ; ital. vittuaglia, vittovaglia ; du latin victualia, vivres, aliments, pluriel neutre transformé, comme d'habitude, en singulier féminin par les langues romanes. Victualia vient de victualis, alimentaire, qui dérive de victus, nourriture ; et victus lui-même vient de victum, supin de vivere (voy. VIVRE).