VEXATION

Prononciation : vè-ksa-sion ; en vers, de quatre syllabes
Nature : s. f.

Action de vexer, de tourmenter.
Et pour la seconde table [du Décalogue] qui regarde le prochain, nous attaquons tous les jours son honneur par nos médisances, son repos par nos vexations, son bien par nos rapines.... , BOSSUET , Sermons, Fond. veng. div. 1
Je n'ai connu que vexations, et j'espère bien en essuyer jusqu'à mon dernier jour , VOLT. , Lett. d'Argental, 25 avr. 1764
Ce fut là le germe de cette haine inextinguible qui se développa depuis dans mon coeur, contre les vexations qu'éprouve le malheureux peuple et contre ses oppresseurs , J. J. ROUSS. , Conf. IV
Pausanias, accusé de vexations envers les alliés, soupçonné d'intelligence avec les Perses , BARTHÉL. , Anach. Introd. part. 2, sect. 2 Au sens passif, la vexation de, la vexation éprouvée par.
Il est assez ordinaire à ceux qui sont en place, d'être peu touchés des vexations des personnes faibles et sans crédit, et de se rendre sourds à leurs plaintes , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. IV, p. 130, dans POUGENS
XIIIe s.
Ceu est à savoir des vexations e des injures e des vilanies faites aux nonains de la Bademoriere , Bibl. des ch. 4e série, t. IV, p. 79
XVe s.
Vexation donne entendement, dit le sage , Jouvencel, f° 20, dans LEROUX DE LINCY, t. II, p. 498
XVIe s.
Il ne se peut faire que nous ne soyons agitez d'une merveilleuse vexation en pensant à cela , CALV. , Instit. 472
L'esprit se tenant tousjours en repos et en santé, non pas sans action, mais sans vexation, sans passion , MONT. , IV, 152
Prov. vexatio ; esp. vejacion ; ital. vessazione ; du lat. vexationem, de vexare, vexer. VEXATION. Ajoutez : - REM. Vexations, au pluriel, a été employé dans l'arrêt qui condamna Lally, comme désignant un crime ou un délit. Sur quoi Voltaire remarque : L'arrêt ne dit point qu'il [Lally] ait été concussionnaire ; cet arrêt lui reproche vaguement des vexations, et ce mot de vexations est si vague qu'il ne se trouve chez aucun criminaliste, Lettre à d'Alembert, 13 juin 1766.