VESTIGE

Prononciation : vè-sti-j'
Nature : s. m.

1Terme du style soutenu. Empreinte du pied d'un homme ou d'un animal, marquée dans l'endroit où il a marché.
Dans cette sainte montagne [le monastère de Sainte-Fare] où les épouses de Jésus-Christ faisaient revivre la beauté des anciens jours.... où les vestiges des hommes du monde, des curieux et des vagabonds ne paraissaient pas , BOSSUET , Anne de Gonz.
Ne me laisse point en un désert où il n'y a aucun vestige d'hommes , FÉN. , Tél. X Fig.
Des rois de la terre viendront en silence baiser ses sacrés vestiges [de l'Église] , FÉN. , t. XVII, p. 272
Sur leurs sentiers [d'Homère et de Virgile] marqués de vestiges S. beaux, Sa roue [du poëte] ose imprimer des vestiges nouveaux , A. CHÉN. , l'Invention.
Fig. Suivre les vestiges de quelqu'un, l'imiter.
2Marques, restes, débris d'édifices, de remparts, de maisons, etc. Il reste encore des vestiges de camps romains en cet endroit. Il se dit aussi des objets qui ont appartenu à une personne. Je vis plus solitaire ; je suis environné de tes vestiges, et je ne saurais fixer les yeux sur les objets qui m'entourent, sans te voir tout autour de moi, J. J. ROUSS. Hél. II, 15, 3Fig. Il se dit de tout ce que l'on compare à un vestige laissé par le pied.
M. Jurieu oserait-il bien attribuer cette maxime [qu'il est permis de prendre les armes contre le prince] aux apôtres ? mais en quel endroit de leurs écrits en trouvera-t-il le moindre vestige ? , BOSSUET , 5e avert. 13
Les moeurs antiques qu'ils [Homère et Hésiode] nous représentent, et les vestiges qu'ils gardent encore, avec beaucoup de grandeur, de l'ancienne simplicité , BOSSUET , Hist. I, 6
Il y a un temps où la raison n'est pas encore, où l'on ne vit que par instinct, à la manière des animaux, et dont il ne reste dans la mémoire aucun vestige , LA BRUY. , XI
Il est bien étrange qu'une colonie grecque ayant fondé Marseille, il ne reste presque aucun vestige de la langue grecque en Provence, ni en Languedoc, ni en aucun pays de la France , VOLT. , Dict. phil. Grec.
L'histoire de l'Amérique, avant sa conquête par les Espagnols, nous offre quelques vestiges d'astronomie ; car les notions les plus élémentaires de cette science ont été, chez tous les peuples, les premiers fruits de leur civilisation , LA PLACE , Expos. v, 3
VESTIGE, TRACE. La seule différence qu'il y ait entre ces deux mots, c'est que vestige, moins usité, est du style soutenu, tandis que trace est de tous les styles. XVIe s.
Les Atheniens et encore les Romains conservoient en grand honneur cet exercice [les conférences] en leurs academies ; de nostre temps, les Italiens en retiennent quelques vestiges , MONT. , IV, 35
Provenç. vestigi ; espagn. et ital. vestigio ; du lat. vestigium. VESTIGE. 1Ajoutez : Aller sur les mêmes vestiges, suivre la même doctrine, la même conduite.
Les conciles allaient tous sur les mêmes vestiges , BOSSUET , Avert. 1