VERVE

Prononciation : vèr-v'
Nature : s. f.

1Caprice, bizarrerie, fantaisie (peu usité en ce sens, qui est le sens ancien).
Laisser aller la plume où la verve l'emporte , RÉGNIER , Sat. I Je ne sais par quelle verve il [le sieur Douet] a depuis peu quitté la France guerrière et autres bonnes et louables occupations, pour ne plus s'amuser qu'à des anagrammes, G. NAUDÉ, Jugement de tout ce qui a été imprimé contre le card. Mazarin, p. 280, 2e éd.
2Chaleur d'imagination qui anime le poëte, l'orateur, l'artiste, dans la composition.
C'est alors que la verve insolemment m'outrage , RÉGNIER , Sat. X
Maudit soit le premier dont la verve insensée Dans les bornes d'un vers renferma sa pensée ! , BOILEAU , Sat. II
Et sitôt qu'une fois la verve me domine, Tout ce qui s'offre à moi passe par l'étamine , BOILEAU , ib. VII
Il a fallu que j'achevasse mal ce soir ce que j'aurais exécuté de verve ce matin, sans la cohue des importuns , DIDER. , Salon de 1767, (Oeuv. t. XV, p. 83, dans POUGENS
Vous [un peintre] avez mis dans cette seule toile la verve de Delacroix, l'inspiration poétique de Scheffer et la couleur de Decamps , CH. DE BERNARD , la Chasse aux amants, v. Il se dit quelquefois d'excitation due à d'autres impulsions que la chaleur de la composition.
Si presque partout les choix populaires nous ont donné de bons administrateurs, ne l'attribuons qu'à la première et bouillante verve du patriotisme , MIRABEAU , Collection, t. IV, p. 97
XIIIe s.
Et dient ce que pis lor semble, Quant il resunt entr'eus ensemble, Comment que chascuns d'eusvous serve, Car bien cognois toute lor verve , la Rose, 9284
Mes [mais] faus amans content leur verve Si cum il veulent, sans paor, Qu'il sont trop fort losengeor , ib. 2418
XVe s.
De quoy ? estes vous desvoyé ? Recommencez vous vostre verve ? , Patel
XVIe s.
J'eusse prins cette forme [épistolaire] de publier mes verves, si j'eusse eu à qui parler , MONT. , I, 291
Il lui a pris une verve , COTGRAVE ,
Lat. verva, tête de bélier sculpté, de vervex, bélier (Voy. BREBIS) ; mot pris pour caprice, fantaisie, qui est le sens ancien, comme caprice lui-même est pris de capra, chèvre.