VERTIGE

Prononciation : vèr-ti-j'
Nature : s. m.

1État dans lequel il semble que tous les objets tournent et que l'on tourne soi-même.
Elle ne voyait plus sa route ; un vertige la lui cachait, et lui faisait apparaître mille lumières, plus vives encore que celle même du jour , STAËL , Corinne, XV, 1 Fig.
Ce vertige de la nature [les tremblements de terre] , RAYNAL , Hist. phil. VII, 26
Un vertige soudain saisit les éléments , C. DELAV. , Paria, IV, 7
Vertige ténébreux, vertige, dit aussi scotomie, dans lequel au tournoiement des objets se joint un obscurcissement tel de la vue que le malade a peine à conserver l'équilibre. Vertige rhumatismal, nom donné à des accidents vertigineux qui surviennent chez les individus sujets aux douleurs rhumatismales articulaires ou musculaires. Vertige des maladies de l'oreille, vertige qui survient dans quelques maladies de l'oreille, et qui paraît tenir à une lésion des canaux demi-circulaires. En vétérinaire, vertige essentiel, encéphalite chez le cheval. Vertige abdominal, symptomatique, maladie due généralement à une irritation du tube intestinal.
2Fig. Égarement des sens, folie momentanée.
L'assassinat commis par Jean Châtel [sur Henri IV] est celui de tous qui démontre le plus quel esprit de vertige régnait alors , VOLT. , Moeurs, 174
Bientôt, hélas ! trop agrandi, Le vainqueur sur son trône même Chancelle, le front étourdi Des vertiges du diadème , P. LEBRUN , Mort de Nap. IV Terme de l'Écriture. Esprit de vertige, esprit d'erreur, de folie, d'égarement.
Le Seigneur a répandu l'esprit de vertige dans ses conseils , BOSSUET , Hist. III, 7
Esprit de vertige a passé dans le langage général.
Il semble que, dans cette affaire, les jésuites et leurs amis aient été frappés d'un esprit de vertige, et qu'ils aient fait eux-mêmes tout ce qu'il fallait pour précipiter leur ruine , D'ALEMB. , Oeuv. t. v, p. 127
XVIe s.
.... qu'il eust esblouissement des yeux ou vertigine, c'est à dire, qu'il luy semblast que tout tournast dessus dessous , PARÉ , VIII, 2
Provenç. vertige, vertitge, vertige, et aussi vis ; ital. vertigine ; du lat. vertiginem, de vertere, tourner, et le suffixe igin, qui vient de agere, agir, faire.