VERT-DE-GRIS

Prononciation : vêr-de-grî
Nature : s. m.

1Nom vulgaire du sous-carbonate de deutoxyde de cuivre qui se forme à la surface des ustensiles de ce métal ; c'est le vert-de-gris naturel.
Il ne faut pas le confondre [le vert-de-gris] avec la substance verte qui se forme sur les vases de cuivre qu'on n'a pas soin de nettoyer ; cette substance, que l'on appelle aussi vert-de-gris est un véritable sous-deuto-carbonate , THENARD , Traité de chim. t. III, p. 78, dans POUGENS
2Le vert-de-gris du commerce, ou verdet, acétate bibasique de cuivre dont la nuance varie du bleu au vert, selon la quantité d'eau, et qui est produit par l'action du cuivre sur le marc de raisin. Verdet ou vert-de-gris, le cent pesant estimé 36 livres, Déclarat. du roi, nov. 1640, Tarif.
Tous les acides végétaux attaquent le cuivre ; c'est avec l'acide du marc des raisins qu'on fait le vert-de-gris dont se servent les peintres , BUFF. , Min. t. v, p. 97
XIIIe s.
Deivent prendre le verte grez Mult delié e mult menu , Ms. St-Jean
XIVe s.
Vert de grice , H. DE MONDEVILLE , f° 47
La forme la plus ancienne est vertegrez, qui peut-être doit se décomposer en vert aigret, le verd produit par l'aigre, l'acide. VERT-DE-GRIS. - ÉTYM. Ajoutez : Aux formes anciennes il faut joindre celle-ci : XIVe s.
Asur et ver de Grece , le Livre des mestiers, dans Journ. des Savants, oct. 1875, p. 653