VERGLAS

Prononciation : vèr-glâ
Nature : s. m.

Couche mince et glissante de glace qui recouvre le sol et qui résulte de la congélation de la pluie à son arrivée sur la terre. Le pavé est couvert de verglas. Il tombe du verglas. Il fait du verglas. XIIIe s.
Grans wereglas ou grans neges ou grans orages , BEAUMANOIR , III, 4
XIVe s.
Vereglaz , DU CANGE , gelicidium.
XVIe s.
Non seulement la gelée estoit forte, ains continuellement tomboit un verglas si terrible, que quasi les gens de pied ne pouvoient marcher sans tomber , LANOUE , 659
Berry, verglasse ; wallon, wargless. On a dit aussi vergiel. Vergiel, verglas sont composés de giel, gel, et de glas, masculin de glace (voy. GLACE, à l'historique). Reste le préfixe ver ; Diez y voit le mot verre : glace qui est comme du verre. Mais cette explication n'est guère compatible avec les formes were et war, non plus qu'avec voire, qui est la forme de verre dans Beaumanoir. Elles conduisent à l'anc. all. waron ; holl. weeren, se garer (voy. GARER) : gare à la glace, au gel.