VERGER

Prononciation : vèr-jé ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des vèr-jé-z en fleur
Nature : s. m.

Lieu planté d'arbres fruitiers.
Il tronque son verger contre toute raison, Sans observer temps ni saison , LA FONT. , Fabl. XII, 20
On ne peut trop recommander de clore les jardins destinés aux vergers , GENLIS , Maison rust. t. II, p. 469, dans POUGENS
Le verger de Charles V, à l'endroit où est aujourd'hui le Jardin des plantes, est cité dans l'histoire comme une chose extraordinaire , GENLIS , ib. p. 466
Des vergers odorants l'ombre voluptueuse, Les prés délicieux et les bocages frais , DELILLE , Én. VI
XIe s.
Alez en est en un verger suz l'umbre , Ch. de Rol. II
XIIe s.
Et que sont vert bois et vergier et pré , Couci, XI
Si l'esracerad de ceste bonne terre que à lur ancestres dunad e ultre mer les ventelerad, pur ço que il unt fait vergiers al servise de deable , Rois, p. 293
XIIIe s.
S'en alerent par aventure Les grans dames esbanoier Toutes douze en un vregier , Lai d'Ignaures
XIVe s. Le Songe du vergier, titre d'un ouvrage.
Berry, varger ; prov. vergier, verdier ; it. verziere ; du lat. viridarium, de viridis, vert. 1. VERGER. - ÉTYM. Ajoutez : La forme veridiarium se trouve dans Muratori, 1595, 3. Mesurer une étoffe avec la verge. Jauger avec la verge.