VERDOYER

Prononciation : vèr-do-ié, ou, suivant quelques-uns, ver-doi-ié. L'y est remplacé par un i devant l'e muet : je verd
Nature : v. n.

Devenir vert.
Le mariage est le lierre de Jonas, qui verdoie au dehors avec quelque sorte d'agrément ; mais un ver de chagrin le ronge au dedans , LE P. SIM. MARS , Myst. du roy. de Dieu, p. 84, dans POUGENS
Je ne vois rien que le soleil qui poudroie, et l'herbe qui verdoie , CH. PERRAULT , Barbe-Bleue
Le gazon qui verdoyait autour , BERN. DE ST-PIERRE , Harm. I, 258 Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
Verdoyer était devenu inusité à la fin du XVIIe siècle :
Verd ne fait plus verdoyer , LA BRUY. , XIV
XIIe s.
Sor l'erbe verdoiant , Ronc. p. 28
Pluie n'i chiet, ne erbe n'i verdie , ib. p. 41
XIIIe s.
Bele Emmelos es prés, desous l'arbroie, Pleure Guion, sur l'erbe qui verdoie , AUDEFR. LE BAST. , Romancero, p. 28
Et sachiés, quant j'oï lor chant, Et je vi le leu verdaier, Je me pris moult à esgaier , la Rose, 681
Les floretes i fait parair, Et les herbetes verdoier , ib. 5961
XVe s.
Messire Robert de Beaumanoir feut ordonné à tout cinq cents lances pour les verdoier [attaquer] et escarmoucher , JUVÉN. , Charles VI, 1482
XVIe s.
Et en tout temps le laurier cy verdoie , MAROT , I, 259
Vert ou verd ; provenç. verdejar, verdeiar ; espagn. verdear ; ital. verdeggiare.