VERDET

Prononciation : vèr-dè, le t ne se lie pas
Nature : s. m.

1Acétate de cuivre.
Le verdet ou vert-de-gris qui sert à faire les belles couleurs de vert céladon et de couleur de soufre , Instruct. génér. pour la teint des laines, 18 mars 1671, art. 138
La première et la plus simple de toutes les décompositions de cuivre est la conversion du vert-de-gris ou verdet , BUFF. , Min. t. v, p. 69
2En chimie, on distingue l'acétate neutre de cuivre, ou verdet, de l'acétate bibasique de cuivre, appelé vert-de-gris aussi bien que le produit de l'action de l'air sur le cuivre, LEGOARANT.
De toutes les préparations du cuivre par oxydation, il n'en est pas de plus précieuse que celle qu'on fait par le moyen du vinaigre ; tout le verdet du commerce se prépare par cet acide ; et c'est surtout à Montpellier et dans les environs que s'est fixée cette fabrication , CHAPTAL , Instit. Mém. Scienc. t. II, p. 490
Le verdet se prépare en traitant le vert-de-gris par le vinaigre , THENARD , Traité de chim. t. III, p. 78, dans POUGENS
3Terme de minéralogie. Verdet naturel, carbonate de cuivre. 4Maladie du maïs causée par un champignon parasite. C'est le verdet qui cause la pellagre. 5S'est dit de certains volontaires royalistes qui s'organisèrent sous la Restauration dans le midi de la France ; ainsi dits de la couleur verte qu'ils avaient prise, et qui était celle du comte d'Artois, depuis Charles X. 6Un coléoptère. XVIe s.
Les gens de lettres sont de vrays racleurs de savates, ratissans de vieilles antiquailles pour en avoir le verdet [vert-de-gris] , Moy. de parvenir, p. 96, dans LACURNE
Dimin. de vert ou verd ; provenç. verdet, un peu vert, vert-de-gris ; catal. verdet ; espagn. verdete, vert-de-gris ; ital. verdetto.