VENGER

Prononciation : van-gé. Le g prend un e devant a et o : vengeant, vengeons
Nature : v. a.

1Tirer vengeance, en parlant soit des choses dont on a satisfaction, soit des personnes offensées.
C'est un fils qui venge son père, mais c'est sur sa mère qu'il le venge , CORN. , 2e disc. trag.
Quand la perte est vengée, on n'a plus rien perdu , CORN. , Hor. IV, 5
J'ai reçu une très aimable lettre du coadjuteur : il se plaint extrêmement de vos railleries ; il me prie de le venger , SÉV. , 528
Charles II est reconnu, et l'injure des rois a été vengée , BOSSUET , Reine d'Anglet.
Dieu.... résolut de venger sur eux le sang de Naboth , BOSSUET , Hist. I, 6
Elle seule [la satire].... à l'aide d'un bon mot Va venger la raison des attentats d'un sot , BOILEAU , Sat. IX
J'ai vengé l'univers autant que je l'ai pu , RAC. , Mithr. v, 5
Tous ces efforts jaloux Qu'excite une infidèle La vengent mieux de nous Qu'ils ne nous vengent d'elle , J. B. ROUSS. , Cant. 12
La philosophie fait aimer la vertu en faisant détester le fanatisme ; et, si j'ose le dire, elle venge Dieu des insultes que lui fait la superstition , VOLT. , Lett. Servan, avril 1766
La statue qu'on lui a dressée [à Erasme] dans la place de Rotterdam sa patrie, l'a vengé de Luther et de l'inquisition , VOLT. , Mél. litt. Lett. au pr. de***, 6
Tamerlan vengea l'Inde de ce brigand couronné [Mahmoud] ; mais qui la vengea de Tamerlan ? , VOLT. , Pol. et lég. Fragm. Inde, 32
2Faire réparation à quelque chose qui a été offensé, violé.
Pour venger son honneur il perdit son amour , CORN. , Cid, v, 1
J'ai vengé le droit des rois et de toutes les puissances souveraines ; car elles sont toutes également attaquées , BOSSUET , 5e avert. 49
Seul, d'un honteux affront votre frère blessé A-t-il droit de venger son amour offensé ? , RAC. , Iphig. IV, 6
3Infliger une punition.
Notre Dieu est un, infini, parfait, seul digne de venger les crimes et de couronner la vertu , BOSSUET , Hist. II, 1
Ils [les dieux] ont fait servir Achille à abattre les murs de Troie pour venger le parjure de Laomédon et les injustes amours de Pâris , FÉN. , Tél. XIX.
4Être, en parlant de choses, une cause de punition, de vengeance.
Les vices des Romains ont vengé l'univers , VOLT. , Rome sauv. I, 6
5Fig. Faire compensation, réparation.
Venge cette querelle, et justement sépare Du cygne d'Apollon la corneille barbare , RÉGNIER , Sat. II
Le culte peut encore être méprisé en secret par l'impie, mais il est vengé du moins par la majesté de la décence publique , MASS. , Pet. carême, Exempl. des gr.
À moins que ce ne soit offenser l'État, que de s'intéresser, quand on est riche, à la personne la plus digne qu'on la secoure et qu'on la venge de ses malheurs , MARIV. , Marianne, 7e part.
L'éléphant, pour venger sa grossière structure, De la raison sublime obtint quelques rayons , DELILLE , Trois règnes, VIII
6Se venger, v. réfl. Tirer vengeance.
Qui se venge à demi court lui-même à sa peine ; Il faut ou condamner ou couronner sa haine , CORN. , Rodog. v, 1
Le Seigneur se venge de ses ennemis, et il se met en colère contre ceux qui le haïssent , SACI , Bible, Nahum, I, 2
Le vainqueur [le roi de Suède] se venge sur le Danois, dont la soudaine invasion l'avait rappelé , BOSSUET , Anne de Gonz.
C'est par faiblesse qu'on hait un ennemi, et que l'on songe à s'en venger, et c'est par paresse que l'on s'apaise et qu'on ne se venge point , LA BRUY. , IV
Pour savoir se venger il faut savoir souffrir , VOLT. , Mérope, v, 4
De grâce, ne me citez point M. de Fontenelle ; il n'a jamais été attaqué comme moi, et il s'est assez bien vengé de Rousseau [Jean-Baptiste], en sollicitant plus que personne contre lui , LA BRUY. , Lett. d'Argental, 6 févr. 1739
Une femme résista-t-elle jamais à la douceur de se venger ? , RICCOBONI , Oeuv. t. VI, p. 78, dans POUGENS Se venger à, avec un infinitif, se venger en faisant ce dont il s'agit.
Je me vengeais à en médire [de la cour], comme Montaigne de la jeunesse , SÉV. , 31 mai 1680
J'ai un crayon, et je me venge à marquer [en lisant l'Arianisme du P. Maimbourg] des traits de jésuite qui sont trop plaisants , SÉV. , 28 juill. 1680
XIe s.
Si vengez cels que li fels [le cruel] fist ocire , Ch. de Rol. XI
Car chevalchez, vengez ceste dolur , ib. CLXXIV
S'or n'i ferez [si vous n'y frappez à présent] pur venger vostre hunte , ib. CCLVIII
Venget [je] m'en sui [de Roland], mais n'i ad traïsun , ib. CCLXXIV
XIIe s.
Je ne m'en sai vengier, fors au plorer , Couci, VI
Du vangier vous semont vostre empereres d'Ais , Sax. X
Trestut mun lignage ad et mun regne avillié ; Li duels [deuil] m'en vait al cuer : nuls ne m'en a vengié , Th. le mart. 134
XIIIe s.
E si li vingt sol n'esteient rendu à la requeste de mei ou de mes hers [hoirs], leiret [il serait permis] moi ou mes hers venger sur les chouses de la ville de Fontseche, tant que mi ou mi her aguissem [eussions] lo dit cens , Bibl. des ch. 3e série, t. v, p. 86
Ses felons cuers l'art et detrenche, Qui de li Dieu et la gent venche , la Rose, 266
Lors se sot bien Amors vengier Du grant orguel et du dangier, Que Narcissus li ot mené , ib. 1497
N'a pas soi bien vengié qui maladie en prent ; Ainz fait d'un domaige deux, Ce dit li vilains , Prov. du comte de Bret. ms. de St. Germ. f° 114, dans LACURNE
XIVe s.
Car qui se vuet de tous vengier, Son pain ne puet en pais mangier , MACHAUT , p. 118
XVe s.
Je m'en voys icy à ung hermite, pour moy venger [guérir] d'une enfermeté que j'ay , Perceforest, t. II, f° 42
Par ma foy, dist Passalien, tel cuyde bien venger son blasme, qui l'accroist , ib. t. IV, f° 107
XVIe s.
Ils arresterent que sans aucun delay il falloit venger ceste mort , AMYOT , Phil. 36
Se venger sur soy mesme du mal que.... , MONT. , I, 21
Les dieux vengerent [punirent] cette perfide subtilité , MONT. , I, 27
Wallon, veingî ; provenç. venjar, vengar ; espagn. vengar ; portug. vingar ; ital. vengiare ; du lat. vindicare (voy. VENDIQUER). VENGER. - ÉTYM. Ajoutez : L'orthographe vendicare se trouve dans un texte de l'an 670 (PARDESSUS, CCCLXI, 61).