VARECH

Prononciation : va-rèk
Nature : s. m.

1Nom collectif de tous les débris que la mer rejette sur ses côtes.
Naufrages et varech, qu'est-ce ? ce sont les biens pêchés au bord de la mer, des lacs et des rivières , Arch. des Finances, mss. Instr. sur la Chambre des Comptes, 1701, p. 19 Droit de varech, droit qui existait autrefois de s'emparer de tout ce qui est rejeté par la mer sur les côtes.
2Nom qu'on donne quelquefois à un vaisseau submergé, coulé à fond. 3Particulièrement, nom donné sur les côtes de l'Océan aux plantes marines, principalement aux fucacées jetées sur le rivage et employées à fumer les terres ou à faire de la soude.
On trouve sur les bords de la mer une plante que l'on appelle varech.... c'est un excellent engrais végétal, vu qu'il contient beaucoup de sel marin , GENLIS , Maison rust. t. III, p. 159, dans POUGENS
Un seul hydriodate se trouve dans la nature : c'est l'hydriodate de potasse ; il fait partie des varechs dont l'on retire la soude de Cherbourg , THENARD , Traité de chim. t. II, p. 596, dans POUGENS Varech nageur, dit aussi raisin du tropique, le sargassum bacciferum. Varech, ou soude de Normandie, ou soude de varech, soude qu'on extrait, par incinération, des fucus qui croissent sur les côtes de l'Océan.
XIVe s.
Comme feust venuz et arrivez à werecq [en épave] deux tonneaux de vin , DU CANGE , wreckum.
XVIe s.
Toute icele chose est dite werech, que la mer deboute et gete toute hors à la terre , DU CANGE , ib.
Bas-lat. warescum, wreckum, ce que la mer rejette, le droit de le recueillir, et par suite l'espèce d'algue que la mer rejette, de l'anglosax. wrac, quelque chose de rejeté, angl. wreck débris de navire, allem. wrack, tenant à un radical qui est en grec signifie, rompre, latin frangere.