VANTEUR

Prononciation : van-teur
Nature : s. m.

Celui qui se vante. C'est un grand vanteur, 1re éd. du Dict. de l'Acad. XIIIe s.
Cil qui trop se loe a non vanteres , BRUN. LATINI , Trésor, p. 273
Pour Dieu, peinez vous du celer Vers les vanteors mesdisanz , Lai du conseil
XIVe s.
Le vice qui excede en feignant plus grant chose, soit appellé vanterie, et celui qui a tel vice soit appellé vanteur , ORESME , Éth. 50
XVe s.
En grant vanteur ne fut oncques trouvée valleur , Perceforest, t. v, f° 57
XVIe s.
Loin, loin, bien loin de moy, venin trop dangereux De ce troupeau vanteur qui tout en soy se fie ! , DESPORTES , Oeuv. chrestiennes, sonnets, 5
De grands vanteurs petits faiseurs , LEROUX DE LINCY , Prov. t. II,p. 282
Vanter ; génev. vantadour ; provenç. vantaire, vantador ; ital. vantatore. L'ancien français vantere, le provençal vantaire sont le nominatif ; vanteor et vantador sont le régime.