VANNEAU

Prononciation : va-nô
Nature : s. m.

Terme de fauconnerie. Plume d'essor des oiseaux, et surtout des oiseaux de proie. XIVe s.
Et congnoist l'en les viels ramiers à ce qu'ils ont les venneaux des esles tout d'une couleur noire , Ménagier, II, 5
Voy. VANNES. Oiseau de l'ordre des échassiers, qui a une huppe noire, tringa vanellus, L. Quelques - uns entretiennent des vanneaux dans les jardins, parce qu'ils mangent des limaçons et autres insectes.
Le vanneau est un gibier assez estimé ; cependant ceux qui ont tiré la ligne délicate de l'abstinence pieuse, l'ont, comme par faveur, admis parmi les mets de la mortification , BUFF. , Ois. t. XV, p. 89 Vanneau armé, espèce de vanneau dont les ailes sont garnies d'éperon, charadrius spinosus, L. Qui ne mangea jamais vanneau Ne mangea jamais bon morceau.
XIVe s.
Esprevier d'yver prent, quant il est bon, la pie, le vannel.... , Modus, f° XIV, verso
Berry, vanniau, et, au féminin, vannelle (prononcé van-nelle) ; ital. vannello ; à cause de sa huppe qu'il peut, comme les plumes dites vanneaux, remuer à volonté (voy. VANNEAU 1). Autre est l'étymologie qu'on trouve dans Buffon : Le vanneau paraît avoir tiré son nom, dans notre langue, du bruit que font ses ailes en volant, qui est assez semblable au bruit d'un van qu'on agite pour purger le blé, Ois. t. XV, p. 78.