VAILLANT

Prononciation : va-llan, ll mouillées, et non va-yan
Nature : s. m.

Le fonds de bien d'une personne, son capital.
[Condé] a promis et engagé sa foi de prince et tout ce qu'il a de vaillant, de faire donner la paix à Bordeaux , GUI PATIN , Nouv. lett. t. I, p. 334, dans POUGENS
Je suis à vous ; disposez de mes peines ; Car vous savez que c'est tout mon vaillant , LA FONT. , Jum.
Tout le vaillant d'un homme , BOISGUILLEBERT , Dét. de la Fr. Supplém. Adverbialement. Il a dix mille francs vaillant.
Mme la Dauphine avait une fille d'honneur jolie comme le jour ; elle n'avait rien vaillant, comme toutes les Allemandes , SAINT-SIMON , 39, 197
Cet homme avait été dans les affaires, et on prétendait qu'il devait plus qu'il n'avait vaillant , MARIV. , Marianne, 1re part.
N'avoir pas un sou vaillant, n'avoir ni bien ni argent.
Mon père Adamaste, un vieillard Qui n'eut jamais vaillant un liard , SCARR. , Virg. III
Fig.
Et le tout en faveur de M. le chevalier Damis, qui n'a vaillant qu'un accent gascon qui vous amuse , MARIV. , l'Heur. stratag. I, 4
C'est une mine assez commune, et qui n'a vaillant que de la blancheur , MARIV. , Pays. parv. 4e part.
Vaillant est un participe archaïque de valoir. Aussi au XVIIIe siècle on hésitait entre avoir vaillant et avoir valant ; la province disait valant ; Paris disait vaillant. C'est Paris qui l'a emporté. XIIIe s.
N'en perdirent vaillant un denier de chose qu'il eussent , VILLEH. , CLXVI
Et semble qu'il n'ait rien vaillant, Tant li sunt tuit bien defaillant , la Rose, 6179
Et Jehans n'a pas assés vaillant por paier les dettes c'on li demande , BEAUMANOIR , VI, 24
XVe s.
Combien que le roy fust lors son maistre, si avoit-il la pluspart de son vaillant et ses enfanz soubz ledit duc.... , COMM. , III, 2
XVIe s.
N'ayants rien en leur vaillant par où se produire, ils cherchent à se presenter par une valeur estrangiere [les plagiaires] , MONT. , I, 157
Cesar s'endebta d'un million d'or oultre son vaillant , MONT. , I, 313
Ciceron mesme, qui debvoit au sçavoir tout son vaillant , MONT. , II, 228
Qui plus qu'il n'a vaillant despend, Il fait la corde à quoy se pend , COTGRAVE ,
Part. présent du verbe valoir. L'ancienne langue a dit souvent vaillissant, et quelquefois vaillance. Le patois normand dit valissance : la valissance d'un sou.