VAGUER

Prononciation : va-ghé
Nature : v. n.

1Errer çà et là, aller de côté et d'autre à l'aventure.
Il fut défendu de laisser vaguer des pourceaux dans les rues [de Paris, où un porc avait causé la mort d'un fils du roi] , SAINT-FOIX , Ess. Paris, Oeuv. t. III, p. 206, dans POUGENS
2Par extension, n'être pas fixe.
Si les couleurs semblent vaguer dans l'air, si elles s'affaiblissent peu à peu, si enfin elles se dissipent, c'est que.... le mouvement qui reste dans le nerf.... se ralentit , BOSSUET , Conn. III, 6
3Fig. Il se dit des pensées, de l'esprit qui ne se fixent pas.
Celui-là se présente à vous par coutume ou par bienséance, et il laisse vaguer ses pensées sans que vos discours arrêtent son esprit distrait , BOSSUET , le Tellier.
Laissez vaguer votre imagination , BOSSUET , Lett. abb. 176 Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
XIIe s.
Et nos savons ke li maligne espir ki del secunt ciel sont chaüt [tombés], vajent en cest moien ciel ki est entre celui et la terre, ce est l'air , Job, p. 500
XIVe s.
Je dy que chascun de ces deux a sa diverse oppinion, pour ce qu'il vaguent seulement en leurs experimens, et n'ont cure de la juste raison , LANFRANC , f° 15
Met [mets] plusieurs coisinés [coussinets] d'estoupes sous la plieure [du jarret, dans la luxation du genou], afin qu'elle ne puisse vaguer nulle part , LANFRANC , f° 108
XVIe s.
L'isle de Delos, estant auparavant vagante , MONT. , II, 197
L'esprit humain ne se sçauroit maintenir, vaguant en cet infini de pensées informes , MONT. , II, 246
Il ne faut pas à mon advis, que le sentiment exterieur vague et rage à son plaisir, comme une chambriere dissolue et mal apprise , AMYOT , De la curios. 20
Prov. vagar, vaguar, vajar ; esp. vagar ; ital. vagare ; du lat. vagari, dénominatif de vagus. Brasser la bière. Island. vag, agiter (voy. VAGUE 1).