VAGUE

Prononciation : va-gh'
Nature : s. f.

1Masse d'eau de la mer, d'une rivière ou d'un lac, qui est agitée et soulevée par les vents, ou par une autre impulsion.
Tel qu'à vagues épandues Marche un fleuve impérieux , MALH. , II, 2
Comme par une vague une vague s'irrite , MAIRET , Sophon. IV, 1
Ses troupes feront un bruit comme les vagues de la mer , SACI , Bible, Jérémie, VI, 23
Il était alors soleil couchant, le vent se calma, en sorte que le courant et les vagues nous jetaient sur la côte [Palerme] , DUQUESNE , à Seignelay, 17 août 1680, dans JAL
La reine, toujours aussi intrépide que les vagues étaient émues [dans une tempête] , BOSSUET , Reine d'Anglet.
Nous le vîmes comme un sage pilote, sans s'étonner ni des vagues ni des orages, aller droit, comme au terme d'une si périlleuse navigation, à la conservation du corps de l'État , BOSSUET , le Tellier.
Je voyais les vagues qui venaient battre le pied de la tour où j'étais prisonnier , FÉN. , Tél. II
La vague s'aplanit, et l'humide séjour, Comme un vaste miroir, renvoie au loin le jour , DELILLE , Parad. perdu, X Par extension.
Les ailes des oiseaux et les nageoires des poissons sont comme des rames qui fendent la vague de l'air et de l'eau , FÉN. , Exist. 19
Fig.
Une pensée, une affaire, une occupation pousse ce qui est devant elle ; ce sont des vagues, la comparaison du fleuve est juste , SÉV. , 13 juin 1685
2Fig. Ce qui est comparé à une vague.
L'air, chargé de ces sons, qu'il emporte sur l'onde.... Semble, comme une mer où la tempête gronde, Rouler des flots de voix et des vagues de bruit , LAMART. , Harm. I, 10
3Terme d'architecture. Se dit d'un ornement qui semble imiter les flots de la mer. XVIe s.
La mer, qui estoit haulte et courroucée, les jetta à grands coups de vagues contre la coste en lieux aspres et pierreux , AMYOT , Pyrrh. 31
Cette vague de Dieu enfondrera nostre nauf , RAB. , Pant. IV, 19
Anc. haut - allem. vâg ; angl. wave ; allem. Woge ; goth. vega, de vigan, agiter. 1Qui est vide, et particulièrement qui est vide de culture.
En revenant de l'Ilissus, M. Fauvel me fit passer sur des terrains vagues, où l'on doit chercher l'emplacement du Lycée , CHATEAUBR. , Itin. part. I
La plupart des concessions faites aux monastères dans les premiers siècles de l'Église étaient des terres vagues, que les moines cultivaient de leurs propres mains , CHATEAUBR. , Génie, IV, VI, 7 On dit souvent en ce sens : terres vaines et vagues.
Les terres vagues et vaines ou en communes ne peuvent produire que des pâturages, quelques garennes, bois ou broussailles , VAUBAN. , Dîme, p. 192
2Par extension, indéfini, sans bornes déterminées. Espaces vagues. La vague immensité des déserts. 3Fig. Qui est vide, sans précision.
De vagues chimères , CORN. , Pulchér. IV, 3
Des oppositions vagues et en l'air , BOSSUET , Lett. 211
Voilà des vérités qui font trembler, et ce ne sont pas ici des vérités vagues qui se disent à tous les hommes et que nul ne prend pour soi , MASS. , Carême, Élus.
Lorsque dans une loi l'on a bien fixé les idées des choses, il ne faut point revenir à des expressions vagues , MONTESQ. , Esp. XXIX, 16
De vos vagues soupçons j'ai dédaigné l'injure , VOLT. , Catil. I, 5
Présenter des notions vagues pour des démonstrations exactes, c'est substituer de fausses lueurs à la lumière , D'ALEMB. , Élog. Bernoulli.
Quand les principes sont vagues, comment les expressions auront-elles quelque précision ? , CONDIL. , Trait. des syst. ch. 3
Elle me tint de ces sortes de discours vagues qui ne signifient rien, et qui mettent pourtant en droit de vous dire : je vous l'avais dit , Mme DE TENCIN , Oeuv. t. IV, p. 116
Ce qui est tracé sur leur carte dans l'ouest de ce cap, et les noms qui s'y trouvent, ne sont placés que sur des rapports vagues des naturels , BUACHE , Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. V, p. 7
Rien de plus dangereux, de plus haïssable en politique que les mots vagues , D. STERN , Esquisses morales, p. 149
Quelques détails indiqués plus précisément ne nuiraient pas ; à force d'être large, on devient vague , TH. GAUTIER , Feuilleton du Journ. offic. du 26 juin 1869 Un air vague, un air distrait où la pensée paraît vide.
Je t'aborde, l'air vague et le front sans couleur , MILLEV. , Élég. I
Un esprit vague, un esprit dont les idées sont vides et sans fixité.
4Fig. Qui a quelque chose d'indéfini. Pensées vagues. Désirs vagues.
Il veut, il se repent, et cette incertitude Égare en cent projets sa vague inquiétude , DELILLE , Én. IV
Toujours plus incertain, Dans le vague avenir ma raison se promène , ARNAULT , Oscar, IV, 1
Cette mort dont on parle, elle n'y croit qu'à peine, Ou l'aperçoit lointaine Dans un vague avenir , P. LEBRUN , Poés. t. I, 28 Qui plaît par cet indéfini même. Une vague et douce mélancolie. De vagues rêveries.
Ils se livraient en silence aux pensées vagues que font naître la nature et l'amour , STAËL , Corinne, XV, 9
5Terme de peinture. Qui manque de précision, qui n'est pas nettement arrêté, et aussi qui plaît par son indécision, par son caractère aérien, vaporeux. Une couleur, une lumière vague. 6S. m. Grand espace vide.
La nymphe s'élevant dans le vague des cieux , RÉGNIER , Ép. I
Leur proie [de certains oiseaux] qu'une vue perçante leur fait discerner dans le vague de l'air , BUFF. , Ois. t. VIII, p. 295
Écho parlait : dans le vague des nues Elle aperçoit deux cygnes éclatants, Au cou flexible, aux ailes étendues , MALFIL. , Narcisse, II
Dans le vague des airs leurs clameurs se confondent , DELILLE , Én. v. Fig. Se jeter, se perdre dans le vague, faire de longs raisonnements sans conclusion, sans solidité.
J'étais réduit à me jeter à l'aventure dans le vague des suppositions, à faire successivement divers essais de calcul qui le plus souvent ne menaient à rien , BEUDANT , Instit. Mém. scienc. t. VIII, p. 233
7Fig. Ce qui manque de précision.
On peut dire qu'il y a du vague dans les caractères que nous donnons au beau, mais il y a aussi du vague dans l'opinion qu'on y attache , MARMONTEL , Oeuv. t. V, p. 360
8Fig. Ce qui a le caractère de l'indéfini. Le vague de la couleur ajoute à l'effet d'un tableau.
Il faut bien se garder de déterminer certaines expressions dont le vague fait toute la force , MARMONTEL , Oeuv. t. VIII, p. 165
Ce qui est du vague dans la poésie, devient du vide dans la prose , STAËL , Corinne, VII, 1
Le vague mystérieux qui fait aimer le midi de l'Italie , STAËL , ib. XV, 7
9Fig. Malaise indéfinissable de l'âme.
Plus les peuples avancent en civilisation, plus cet état du vague des passions augmente , CHATEAUBR. , Génie, II, III, 9
Un je ne sais quel vague empoisonne l'étude , C. DELAV. , Paria, II, 2
XIIIe s.
Adont estoit li sieges [l'archevêché de Reims] vaghes [vacant] , Chr. de Rains, 180
Et estoit la terre le roy si vague, que, quand il tenoit ses ples [plaids], il n'i venoit pas plus de dix personnes ou douze , JOINV. , 296
Et pour çou que li mons [le monde] estoit tous coureciés et tous triboulés pour les oeuvres Fedrik et ses fils, si demoura sainte eglise toute vague [sans pape] , BRUN. LATINI , Trésor, p. 94
XVe s.
Quand le roi d'Angleterre eut faite son emprise et sa volonté de la ville de Dynant en Bretagne [qu'il venait de prendre et de dévaster], il s'en partit et la laissa toute vague , FROISS. , I, I, 208
Terre wide et waghe , Souvenirs de la Flandre wallonne, juillet et août 1867, p. 106
Hostel wide et vacque , DU CANGE , vacantes.
XVIe s.
Se jecter dans le vague champ des imaginations , MONT. , I, 32
Une espace vague et vuide de tout soutien , AMYOT , Flam. 20
Après avoir fait semblant de combattre, en demenant leurs espées parmy l'air vague, ilz ... , AMYOT , Lucull. 70
Et entra dedans Poictiers donnant ordre promptement aux choses necessaires, pour la garde d'une telle et si vague ville , CARLOIX , IX, 43
Nos hales, et nos marchez seroient foulez de presse de marchands et de vivres, au lieu que tout est vuide et vague , Sat. Mén. p. 155
Sus le mestier d'un si vague penser Amour ourdit les trames de ma vie , RONS. , Amours, I, 59
Les sens tant anciens que modernes se rapportent beaucoup plus au latin vacuus, vide, qu'à vagus, errant. Les terres vagues sont dites terrae vacuae, et aussi terres vuides. 2. VAGUE. Ajoutez : 10Année vague, année de 365 jours, sans l'intercalation périodique d'un jour bissextile ; ainsi dite parce qu'à la longue les saisons naturelles ne correspondaient plus aux divisions mensuelles, et que le commencement de chaque mois parcourait le cercle entier de l'année.
Mémoire [de M. de Rougé] sur quelques phénomènes célestes, rapportés sur les monuments égyptiens avec leur date du jour dans l'année vague , FERD. DELAUNAY , Journ. offic. 7 janvier 1873, p. 89, 3e col.
11Subst. m. Un vague, un terrain non occupé, non planté.
De nombreux vides et des vagues considérables s'y rencontrent presque partout [dans les forêts du comté de Nice] , L. GUIOT , Mémoires de la Société centrale d'agriculture, 1874, p 142
Ajoutez : XIVe s.
Onques puis ne fut parlé de celle noble compaignie, et m'est advis qu'elle soit alée à neant, et la maison vague [vide] demourée , J. LE BEL , Les vrayes chroniques, t. H, p. 174
1Qui est errant. Des douleurs vagues. 2Terme de botanique. Qui est disposé sans ordre. Le fruit du grenadier offre un exemple de cloisons vagues. 3Terme d'anatomie. Nerf vague, nom donné, à cause de ses nombreuses divisions, au nerf de la dixième paire. 4Terme de chronologie. Année vague, année de 365 jours sans l'intercalation périodique du jour bissextil. XVIe s.
[Moïse] Qui, sage, commandas au vague peuple hebreu , RONS. , Sonn. pour Hélène, 7
Ital. vago, vague, libertin, gracieux ; du latin, vagus, errant. Christine de Pisan a employé vague au sens de gracieux : Abis jolis, vagues et curieux, Charles V, I, 14 ; et les Cent nouvelles, au sens de libertin : Homme vague, deshonneste et peu vertueux, Nouv. c. Instrument avec lequel on vague la bière.