VACANCE

Prononciation : va-kan-s'
Nature : s. f.

1Temps pendant lequel une fonction, une dignité n'est pas remplie. La vacance du saint-siége.
Chaque vacance du trône est suivie d'une affreuse guerre civile , MONTESQ. , Esp. v, 14
2Au plur. Temps durant lequel les études cessent dans les écoles, dans les colléges. Le temps des vacances. Par extension.
Vous êtes, vous ma fille, dans de véritables vacances, vous faites un usage admirable du beau temps ; dîner dans votre château est une chose extraordinaire , SÉV. , 368
Fig.
Il me semblait qu'il était ravi à Vichy d'être en vacances [séparé d'une mauvaise liaison], comme vous dites , SÉV. , 368
Il se dit aussi quelquefois au singulier : un jour de vacance.
3Temps, dit aussi vacations, où les tribunaux interrompent leurs fonctions.
Je vous retire encore les vacances de la chambre de l'Arsenal ; ils se sont remis à travailler au bout de quatre jours , SÉV. , 408
Les vacances de la chicane font partir bien des gens , SÉV. , 26 août 1675
Lat. vacantia (QUICHERAT, Addenda), de vacans, vacant.