UTRICULE

Prononciation : u-tri-ku-l'
Nature : s. m.

1Terme d'anatomie inventé par Boerhaave pour Ruysch. Petite poche. Renflement du labyrinthe membraneux de l'oreille. Utricule prostatique, organe en forme de poche piriforme, situé sur la ligne médiane entre les deux canaux déférents, à la face uréthrale de la prostate. 2Terme de botanique. Chacune des cellules du tissu cellulaire des végétaux. Petites outres pleines d'air servant à soutenir dans l'eau les feuilles et les racines de quelques plantes.
C'est Malpighi qui avait donné le nom d'utricules à la substance vésiculaire qui remplit les intervalles que laissent entre eux les vaisseaux longitudinaux , BONNET , Contempl. nat. x, 26
Ces grands utricules découverts par Malpighi et Grew [dans les parenchymes des feuilles] , BONNET , Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 436, dans POUGENS
Nom donné par quelques botanistes à certaines espèces de fruits. Cavité remplie de fluide fécondant que forme chaque grain de pollen. Utricules mères polliniques, utricules mères du pollen, les ovules mâles des phanérogames.
C'est à tort que quelques botanistes le font féminin : Utricule primordiale, utricule azotée qui tapisse certaines cellules végétales et est appliquée contre leur paroi de cellulose. Lat. utriculus, dimin. de uter, outre.