USURPER

Prononciation : u-zur-pé
Nature : v. a.

1S'emparer, par violence ou par ruse, des biens, de la dignité, du titre d'un autre.
La Rapinière était dans une maison à deux lieues de là, qu'il avait usurpée sur une pauvre veuve , SCARR. , Rom. com. II, 13
Il usurpe une autorité que Dieu ne lui a pas donnée , PASC. , Prov. XI
Dédaignant les trônes qui peuvent être usurpés, elle attacha son affection au royaume où l'on ne craint point d'avoir des égaux , BOSSUET , Reine d'Anglet.
La force nous est donnée pour conserver notre bien, et non pas pour usurper celui d'autrui , BOSSUET , Hist. III, 6
Huit ans déjà passés, une impie étrangère Du sceptre de David usurpe tous les droits , RAC. , Athal. I, 1
L'impie Achab détruit, et de son sang trempé Le champ que par le meurtre il avait usurpé , RAC. , ib. I, 1
De nos plaideurs manceaux les maximes m'étonnent : Ce qu'ils n'usurpent pas, ils disent qu'ils le donnent , DUFRÉNY , Réconcil. norm. I, 5
Le père de Charlemagne usurpa les Gaules sur les rois francs ; les gouverneurs sous la race de Charlemagne usurpèrent tout ce qu'ils purent , VOLT. , Moeurs, 33
Cilon, allié de Théagène, tyran de Mégare, forma le projet d'usurper la tyrannie, et se rendit maître de la citadelle , CONDIL. , Hist. anc. I, 16 Fig.
C'est moi qui trouble votre repos, qui usurpe votre liberté, qui ne veut pas que vous ayez du loisir , BALZ. , liv. IV, lett. 23
Venez, venez, madame, Faire voir quel pouvoir j'usurpe sur votre âme , CORN. , Sertor. III, 3
Dans le calme odieux de sa sombre paresse, Tous les honteux plaisirs, enfants de la mollesse, Usurpant sur son âme un absolu pouvoir, De monstrueux désirs le viennent émouvoir , BOILEAU , Épît. X
2Fig. Obtenir quelque chose par fraude, sans droit légitime. Usurper la réputation, la gloire, l'estime.
Il défendait les découvertes d'autrui contre ceux qu'il soupçonnait de vouloir les usurper ou les nier , CONDORCET , Bertin.
3V. n. Usurper sur, s'emparer au détriment de.... Vous usurpez sur mes droits.
Moins le gouvernement peut usurper sur le souverain.... , J. J. ROUSS. , Contr. III, 8 Ce laboureur tâche toujours d'usurper sur ses voisins, d'accroître son terrain en poussant sa culture sur la leur.
XIVe s.
La commune renommée disoit qu'il vouloit usurper et avoir le royaume , BERCHEURE , f° 30, recto.
XVIe s.
On ne doit nullement souffrir qu'en s'usurpant faussement l'honneur, ils violent la sainte institution de Jesus-Christ , CALVIN , Instit. 875
Pour un mot il ne faudroit point esmouvoir noise, encore qu'il fust mal usurpé [employé] , CALVIN , ib. 1163
Nous usurpons si volontiers sur la maistrise... , MONT. , I, 59
Les privileges fantastiques que l'homme s'est usurpé, de ... , MONT. , II, 235
Il y en a aucuns qui, à faulses enseignes, usurpent le nom d'historiens , AMYOT , Préf XII, 39
Provenç. et espagn. usurpar ; ital. usurpare ; du latin usurpare, proprement s'emparer par l'usage, par la possession, sans droit à l'acquisition, de usus, possession par usage, et rapere, ravir, par l'intermédiaire d'une forme, telle que usurapus.