USURPATION

Prononciation : u-zur-pa-sion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

1Action d'usurper, ou le résultat de cette action.
Mien, tien : .... c'est là ma place au soleil ; voilà le commencement et l'image de l'usurpation de toute la terre , PASC. , Pens. VI, 50, édit. HAVET
La majesté violée par des attentats jusqu'alors inconnus, l'usurpation et la tyrannie sous le nom de liberté , BOSSUET , Reine d'Anglet.
Les empires les plus florissants ont commencé par l'usurpation , BAILLY , Atlantide, p. 138
2La chose même qui est usurpée. La plupart des terres de cette seigneurie n'étaient que des usurpations. XVIe s.
Il ne s'estoit point laissé aller à ceste violente usurpation de tyrannie par effrenée concupiscence de vivre à son plaisir , AMYOT , Aratus, 37
Une escriture peult estre corrompeue en troys manieres qui sont : diminution, ou superfluité, ou usurpation d'une letre pour autre , MEIGRET , dans LIVET, la Gramm. franç. p. 53
Provenç. usurpatio ; espagn. usurpacion ; ital. usurpazione ; du lat. usurpationem, de usurpare, usurper.