USURAIRE

Prononciation : u-zu-rê-r'
Nature : adj.

Où il y a de l'usure.
Il [Escobar] a fourni une méthode générale pour toutes sortes de personnes, si facile qu'elle ne consiste que dans l'usage de certaines paroles qu'il faut prononcer en prêtant son argent, ensuite desquelles on peut en prendre du profit, sans craindre qu'il soit usuraire , PASC. , Prov. VIII
Le denier six est si usuraire que je ne crois pas qu'un notaire en voulût faire un contrat , SÉV. , 605
On ne veut point interrompre des profits manifestement usuraires , MASS. , Carême, Confession.
N'y a-t-il que le prix de l'argent qui puisse être usuraire ? celui de toute autre marchandise ne peut-il pas l'être également ? , CONDIL. , Comm. gouv. I, 18
XIVe s.
En imposant [alléguant] le cas estre usuraire , Ordonn. des rois, t. VII, p. 545
En ung contraict usuraire, cellui qui preste quiert que ung denier engendre ung autre, qui est contre nature , le Songe du vergier, I, 173
XVIe s.
Leur grand pere mourut bancquier, bulliste et usuraire à Lyon , CARLOIX , IX, 3
Si la rente estoit constituée au denier dix, elle seroit reductible ; si au dessous du denier dix, usuraire , LOYSEL , 513
Provenç. usurari ; espagn. et ital. usurario ; du lat. usurarius, de usura, usure.