TYRANNISER

Prononciation : ti-ra-nni-zé
Nature : v. a.

1Traiter tyranniquement. Néron tyrannisa l'empire romain. 2Avoir une humeur, une conduite impérieuse et violente dans les rapports de société et de famille.
Il ne faut pas tyranniser ses amis , PASC. , Prov. II
Faut-il que désormais, renonçant à vous plaire, Je ne prétende plus qu'à vous tyranniser ? , RAC. , Mith. II, 4
Les unes [femmes] se plaignaient d'avoir été tyrannisées par les hommes ; les autres se louaient de la facilité avec laquelle leurs amants s'étaient laissé conduire par elles , FONT. , Jugem. de Pluton.
3Il se dit de choses exerçant une tyrannie morale.
Ma raison, il est vrai, dompte mes sentiments ; Mais, quelque autorité que sur eux elle ait prise, Elle n'y règne pas, elle les tyrannise , CORN. , Poly. II, 2
Il est tyrannisé par ses passions , FÉN. , Tél. v.
On s'aperçut qu'elle n'avait pas tyrannisé ses désirs , HAMILT. , Gram 10
Cette fureur du jeu qui vous tyrannise , MASS. , Carême, Sur la communion.
XIVe s.
Pisistratus en XXXIII ans tyranniza XVII ans , ORESME , Thèse de MEUNIER.
Il monstre que en plusieurs manieres ilz [les princes] forvoient et tyrannisent , le Songe du vergier, I, 126
XVe s.
[Le roi d'Angleterre] feit prendre celui qui s'en estoit fui et le feit planter en terre, et très inhumainement tiranniser et mourir , JUVÉN. DES URSINS , Charles V, 1420
XVIe s.
Quand la loi du destin qui, depuis ma naissance, Forte me tyrannise.... , DESPORTES , Élégies, I, 5
Tyran.