TRANSPERCER

Prononciation : tran-spèr-sé. Le c prend une cédille devant a et o : transperçant, transperçons
Nature : v. a.

1Percer de part en part.
Si je sors à la campagne, je trouve des gens que l'épée a transpercés , SACI , Bible, Jérémie, XIV, 18
Quand j'aurai fait le brave, et qu'un fer, pour ma peine, M'aura d'un vilain coup transpercé la bedaine , MOL. , Sgan. 17 Par extension. Cette pluie nous a transpercés, elle a percé nos habits, et nous a mouillés complétement.
2Fig. Causer une douleur comparable à celle que cause une épée qui transperce. Cette nouvelle me transperce le coeur.
La prophétie de Siméon s'accomplit, qui avait prédit que le glaive de douleur transpercerait son âme , LE P. SIM. MARS , Myst. roy. de Dieu, p. 74, dans POUGENS On dit aussi : transpercer de douleur. Cette nouvelle le transperça de douleur.
3Se transpercer, v. réfl. Se percer soi-même le corps. Il se transperça de son épée. XIVe s.
Laquelle cheville devée [empêche] que la pointe [du trépan] ne tresperche soudainement par trop grant radeur , H. DE MONDEVILLE , f° 55
Finées les paroles du marquis, qui le cuer de la marquise naturellement devoient transpercier.... , Ménagier, I, 6
XVe s.
Le chevalier monté sur le coursier [donné par Philippe à messire Jean de Hainaut] transperça tous les conrois des Anglois, et quand il fut hors et outre... , FROISS. , I, I, 289
XVIe s.
Il leur transperceoyt la poictrine , RAB. , Garg. I, 27
Dez ma premiere enfance, la poesie a eu cela de me transpercer et transporter , MONT. , I, 266
Trans, et percer ; picard, trépercher.