TRANSMISSION

Prononciation : tran-smi-sion ; en vers, de quatre syllabes
Nature : s. f.

1Action de transmettre ; résultat de cette action. Fig.
Nous ne concevons ni l'état glorieux d'Adam, ni la nature de son péché, ni la transmission qui s'en est faite en nous , PASC. , Pens. XII, 12, édit. HAVET.
Les enfants ne jouissent des biens du père que par transmission de son droit , J. J. ROUSS. , Orig. 2
La transmission de la noblesse sénatoriale de père en fils , NAUDET , Instit. Mém. inscr. et belles-lettres t. VIII, p. 407
2Terme de physiologie. Transmission héréditaire, passage de certaines conditions physiques ou morales des parents aux enfants.
La transmission des maladies chroniques des pères aux enfants , PORTAL , Instit. Mém. scienc. 1807, 2e sem. p. 162
3Terme de physique. Propriété d'un corps qui laisse passer la lumière ou la chaleur ; il s'oppose à réflexion.
La transmission de la lumière à travers les corps transparents , BUFF. , Hist. min. Introd. t. VII, p. 234
La transmission de la chaleur par les divers métaux , GUYTON DE MORVEAU , Inst. Mém. scienc. 1808, p. 21
4En mécanique, transmission de mouvement, communication de mouvement d'un corps à un autre. Engin qui sert à procurer la transmission. Manufacture de transmission de toute nature. XVIe s.
La transmission de cette grande couronne [de Portugal] à celle de Castille , MONT. , III, 93
Lat. transmissionem, de transmissum, supin de transmittere, transmettre.