TRANSLATER

Prononciation : tran-sla-té
Nature : v. a.

Terme qui vieillit. Traduire d'une langue en une autre. Il ne se dit plus guère qu'avec un sens de dénigrement.
Or entends-moi ; c'est que le petit homme Que tu connais et dont on peut prêcher : L'esprit est prompt, mais infirme est la chair, A translaté de la langue espagnole, N'a pas longtemps, comédie tant folle ; Don Francisco de Royas est l'auteur ; Et Paul Scarron, comme ai dit, translateur , SARRASIN , Épigr.
Je ne sais quel translateur du XVIe siècle a translaté ainsi ces vers de Virgile.... , VOLT. , Dict. phil. Puissance.
XIIe s.
Translatée [transportée] est glorie de Israel, kar l'arche est prise , Rois, p. 17
XIIIe s.
Mes or l'a uns mestres trovée, Qui l'a translatée en romanz , Ren. 20495
XIVe s.
Je Nicole Oresme, doyen de l'eglise nostre Dame de Rouen, propose de translater de latin en françois aucuns livres.... , ORESME , Eth. Prolog.
XVIe s.
Voz parolles, translatées de baragouin en françoys, veulent dire que je me marie hardiment , RAB. , Pant. III, 34
Tantost après la mort de Salomon, la majesté du royaume d'Israel fut abbatue pour la plus grande partie, et translatée à un homme privé , CALV. , Instit. 379
Provenç. translatar ; espagn. trasladar. ; ital. traslatare ; du lat. translatus, transporté, de trans, au delà, et latus, porté.