TRANSGRESSION

Prononciation : tran-sgrè-sion ; en vers, de quatre syllabes
Nature : s. f.

Action de transgresser.
Où il n'y a point de loi établie, ni de préceptes donnés, on ne saurait accuser personne de transgression , LA MOTHE LE VAYER , Vertu des païens, I, Droit de nature.
En se permettant toutes les transgressions qui ne sont pas renfermées dans le précepte , MASS. , Carême, Fautes légères.
Vous croyez vous tirer d'affaire en disant que Dieu payait son peuple [les Hébreux] comptant, en le punissant temporellement de ses transgressions, et en le récompensant par les biens de la terre quand il était fidèle , VOLT. , Mél. litt. Lett au pr. de***, 4
XIVe s.
De communication politique sont trois especes, et les corrupcions ou transgressions de elles sont en nombre equal , ORESME , Éth. 245
Prevarication est quelconque transgression de bonne loy , ORESME , Thèse de MEUNIER.
XVe s.
Vous savez la transgression D'Eve et d'Adam comme ils cheïrent , Mart. de St Étienne
XVIe s.
Il faut qu'il nie quant et quant, que la transgression de la loy n'est point peché , CALV. , Instit. 468
Et les transgressions d'un pecheur miserable , DESPORTES , Oeuvres chrest. XVIII, psal. 51
Provenç. transgressio ; espagn. transgresion ; ital. transgressione ; du lat. transgressionem (voy. TRANSGRESSER). TRANSGRESSION. - HIST. Ajoutez : XIIIe s.
Trop firent grant transgression Cil qui l'avoient enfouie [une image] , GAUTIER DE COINCY , les Miracles de la sainte Vierge, p. 121, éd. l'abbé Poquet.