TRANQUILLISER

Prononciation : tran-ki-li-zé
Nature : v. a.

1Rendre tranquille, calmer l'inquiétude. Il ne parviendra pas à tranquilliser sa conscience.
Je verrai Panckoucke, et je le tranquilliserai, si cependant un pauvre diable qui a cent mille écus en papier sous un hangar à la Bastille [l'Encyclopédie séquestrée] peut être dûment tranquillisé , D'ALEMB. , Lett. à Voltaire, 9 mars 1770
M. de Malesherbes prit la peine de venir à Montmorency pour me tranquilliser , J. J. ROUSS. , Confess. X
2Se tranquilliser, v. réfl. Se reposer, se tenir tranquille.
Oui, fort bien, vous n'avez qu'à vous tranquilliser chez vous, et y attendre de mes nouvelles , DANCOURT , Vert galant, SC. 7 Par extension.
Il n'est pas ridicule de souhaiter qu'un sang auquel on prend tant d'intérêt se tranquillise et se rafraîchisse , SÉV. , à Mme de Grignan, 9 juill. 1677
Cesser d'être inquiet. Tranquillisez-vous là-dessus.
XVIe s.
Tranquiliser [pacifier] , SULLY , Mém. t. IX, p. 144
Tranquille. On disait aussi au XVIe s. tranquiller, du lat. tranquillare, et tranquilliter.