TRAMONTANE

Prononciation : tra-mon-ta-n'
Nature : s. f.

1L'étoile polaire, qui, avant la découverte de la boussole, servait seule de guide aux navigateurs. Sur la Méditerranée, perdre la tramontane, ne plus voir la tramontane à cause des nuages ; ne pouvoir plus s'aider de la boussole, à cause de l'agitation du vaisseau. Fig. Perdre la tramontane, être troublé, ne plus savoir comment se conduire, se diriger.
Dans ces ténèbres, monsieur le cardinal [de Richelieu] a-t-il vu moins clair, a-t-il perdu la tramontane ? , VOIT. , Lett. 74
Il [le roi] me fit l'honneur de me dire qu'ils [les médecins de Henriette d'Angleterre mourante] avaient perdu la tramontane, qu'ils ne savaient ce qu'ils faisaient, et qu'il allait essayer de leur remettre l'esprit , LA FAY. , Hist. Henr. d'Anglet.
Dans les discours fleuris je perds la tramontane , DUFRESNY , Réconc. norm. I, 10
2Sur la Méditerranée, vent du nord.
La tramontane, que nous avions en poupe, nous porta en une heure et demie à notre signal , SAUSSURE , Voy. Alpes, t. V, p. 252, dans POUGENS En général, vent du nord. Les froids météores qu'à travers mes chassis je considérais tomber du ciel, poussés d'une si rigoureuse tramontane, Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 3.
3Le côté du nord. Maison exposée à la tramontane. XIIIe s.
Car donc, quel part la pointe [de l'aiguille aimantée] vise, La tresmontaigne est là sans doute , Lais inédits, p. IV
Vierge très gracieuse de toute grace plaine.... Clere estoile de mer, certaine tresmontaine, Maine nous et conduis en gloire souveraine , J. DE MEUNG , Test. 2117
XVe s.
Comme s'il vouisist dire que ce feust l'honneur et le soustenement de France et l'estoille tremontane dont tout se gouverne , CHASTELAIN , Exposit. sur vérité.
XVIe s.
Comme aux mariniers eclaire Celle tramontane claire Qui tant decore la nuict , DU BELLAY , III, 11, recto.
Seule fin de mes voeux, doux vent de ma navire, Ma claire tramontane, heureux port où j'aspire , DESPORTES , Elég. II, 5, Pyromance.
Wallon, tremontranss ; provenç. trasmontana, tramontana, tremontana, l'étoile polaire, et aussi vent du nord ; catal. espagn. portug et ital. tramontana ; de tra ou trans, au delà, et mons, montis, montagne. Comme l'indique le genre, c'est stella, étoile, qui est sous-entendu ; et l'étoile polaire a été ainsi nommée en Provence et dans le nord de l'Italie, parce qu'elle s'y voit au delà des Alpes et des Apennins.