TRAMER

Prononciation : tra-mé
Nature : v. a.

1Passer la trame entre les fils qui sont tendus sur le métier. Tramer fin. Enjoignons aux tisseurs de tramer et battre chaque pièce d'étoffe également dans toute son étendue, Lett. pat. 4 juin 1780, art. 4. 2Fig. Machiner.
Et la main de Pallas trame tous ces complots , RAC. , Brit. IV, 2
C'est une opinion générale, qu'un gentilhomme de Sicile, nommé Jean de Procida, déguisé en cordelier, trama cette fameuse conspiration, par laquelle tous les Français devaient être égorgés à la même heure, le jour de Pâques, au son de la cloche des vêpres , VOLT. , Moeurs, 61
Dans le cours du règne de cette grande reine [Elisabeth], cinq conspirations sont tramées contre sa vie par des jésuites , DIDER. , Opin. des anc. philos. (jésuite).
On trame quelque chose contre moi, disait-il, puisqu'on se cache de moi , BERN. DE ST-PIERRE , Paul et Virg.
3Se tramer, v. réfl. Être tramé, machiné. Un complot se trame dans l'ombre. Impersonnellement. Il se trame quelque chose contre vous. XVIe s.
Le temps leger s'envolle et nous va decevant, Miserables mortels, qui tramons en vivant Desseins dessus desseins, fallace sur fallace , DESPORTES , Oeuvres chrétiennes, Sonnets, 4
Trame.