TRAITANT

Prononciation : trè-tan
Nature : s. m.

1Celui qui se chargeait du recouvrement des deniers publics à des conditions réglées par un traité.
La veuve et les cousins, chacun y fait pour soi, Comme fait un traitant pour les deniers du roi , CORN. , Suite du Ment. I, 1
Sache quelle province enrichit les traitants , BOILEAU , Sat. VIII
[à Rome] Les chevaliers étaient les traitants de la république , MONTESQ. , Esp. XI, 18
Pour arrêter la fraude, il faut donner au traitant des moyens de vexations extraordinaires ; et tout est perdu , MONTESQ. , ib. XIII, 8
Les finances de l'État, dissipées sous Henri III, n'étaient plus alors qu'un trafic public des restes du sang du peuple, que le conseil des finances partageait avec les traitants , VOLT. , Moeurs, 174
En 1625.... on avait ordonné qu'une chambre de justice serait étal lie tous les dix ans pour reprendre des mains des traitants les deniers qu'ils avaient gagnés avec le roi , VOLT. , Mél. litt. Obs. mém. Noailles.
Ceux qui composaient cette compagnie se nommaient traitants, parce qu'ils avaient traité avec le roi ; ils faisaient seuls, en son nom, le commerce du sel , CONDIL. , Comm. gouv. II, 7
2Adj. Médecin traitant, médecin qui traite un malade, les malades. Traiter.