TOURNOIS

Prononciation : tour-noî
Nature : adj. invar.

1Il s'est dit de la monnaie qui se frappait à Tours, plus faible d'un cinquième que celle qui se frappait à Paris. Il s'est dit ensuite des livres valant vingt sous, à la différence des livres parisis qui en valaient vingt-cinq, et des sous valant douze deniers, à la différence des sous parisis qui en valaient quinze. Des sous, des livres tournois. 2Substantivement.
Posséder trois bénéfices pour douze tournois, trois ducats et six carlins , VOLT. , Moeurs, 127
XIIIe s.
Ou se Pierres dist que ce fust parisis qu'il presta, et li tesmoing dient que ce furent tornois ou autre monnoie , BEAUMAN. , XL, 9
Et m'avint ainsi que, quant je arivai en Cypre, il ne me fu demouré de remenant que XII vins [240] livres de tournois, ma nef paiée , JOINV. , 214
XVIe s.
Taxons et moderons leurs salaires pour chascune journée à la somme de huit sols parisis au pays de parisis, et de huit sols tournois au pays de tournois , Gr. coust. de France, liv I, ch. 5, p. 44
Lat. turonensis, de la cité de Tours. TOURNOIS. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
Si le mary n'est riche à l'equipollent, voire beaucoup plus (car, selon l'opinion des femmes, le tournois d'elle vaut le parisis), sa femme le meprisera comme moindre qu'elle [le tournois valait un cinquième de moins que le parisis] , GUY COQUILLE , Dialogue sur les causes des miseres de la France, Oeuvres, éd. de 1666, t. I, p. 427