TOURMENTE

Prononciation : tour-man-t'
Nature : s. f.

1Orage, bourrasque sur la mer.
Nous voici à quarante lieues du débouquement des Caïques, sans avoir plus sujet de craindre ces grandes et subites tourmentes qui arrivent d'ordinaire dans ces parages , D'ESTRÉES , à Seignelay, 7 sept 1680, dans JAL
Le 19 au soir nous fûmes enfin en état de partir ; mais il sembla que le temps ne fît qu'empirer : grand vent du sud, déluge de pluie, tonnerre, grains en tourmente , BOUGAINV. , Voy. t. II, p. 211
2Ouragans qui s'élèvent dans les hautes montagnes.
Il nous dit que ce village était sujet, en hiver, à de grandes intempéries, et surtout à des tourbillons de vent que l'on nomme tourmentes , SAUSSURE , Voy. Alpes, t. VIII, p. 130, dans POUGENS
3Fig. Troubles qui agitent un pays. La tourmente révolutionnaire.
Leur apathique indifférence.... au milieu de la générale tourmente , BABOEUF , Pièces, I, 146
XIIe s.
Ferms est cume la piere encontre la turmente , Th. le mart. 83
XIIIe s.
Aimi lasse ! fait-ele, com ci a longue attente ! Cuens Garsiles amis, pour vous [je] sui en tourmente , AUDEFR. LE BAST. , Romancero, p. 11
Diex ! que ne sait la dame le mal et la tourmente Que sa fille a soufert ! , Berte, LXXXIV
Ainsi fu la vieille arse et livrée à tourmente , ib. XCVI
XVe s.
Ceste nuyt sourdit une grande tourmente , COMM. , III, 5
XVIe s.
Grosse tourmente toute la nuit, Journ. du voy. de J. Parmentier, dans JAL. Bias.... à ceulx qui passoient avecques luy le dangier d'une grande tourmente et appelloient le secours des dieux , MONT. , I, 273
Car de cette tourmente il n'y a plus de port Que les bras estendus du havre de la mort , D'AUB. , Tragiques, les feux.
Autre forme de tourment (voy. l'historique).