TOURMENT

Prononciation : tour-man
Nature : s. m.

1Violente douleur corporelle.
Dans les tourments inouïs de sa dernière maladie, la princesse Anne n'a eu à se repentir que d'avoir une seule fois souhaité une mort plus douce , BOSSUET , Anne de Gonz.
Le superbe animal [un taureau], agité de tourments, Exhale sa douleur en longs mugissements , BOILEAU , Lutr. I Fig.
Et, dans ce long tourment de la terre et de l'onde, Un nouveau monde éclos des débris du vieux monde ! , DELILLE , Jard. II
2Tortures qu'on fait souffrir à quelqu'un.
Il [Pierre] estime déjà ses oreilles coupables D'entendre ce qui sort de leurs bouches damnables, Et ses yeux d'assister aux tourments qu'on lui fait [à Jésus] , MALH. , I, 4
Dans les tourments ils laissèrent la vie , RAC. , Esth. II, 3
Les Juifs, dont le bénédictin Calmet a fait graver les supplices dans son Dictionnaire, n'ont pu que couper, déchirer, mutiler, tirer, brûler, étouffer, écraser ; tous les tourments se réduisent là , VOLT. , Princ. d'action, 8
Ne me demandez pas non plus si les tourments des méchants seront éternels, et s'il est de la bonté de l'auteur de leur être de les condamner à souffrir toujours , J. J. ROUSS. , Ém. IV
3Fig. Grande peine d'esprit.
Qu'elle soit le tourment et le plaisir des coeurs , RÉGNIER , Sat. VII
La cruelle chose que d'avoir une tête aussi délicate et aussi épuisée que la sienne [de Pascal], qui a fait le tourment de sa vie, et l'a coupée enfin au milieu de sa course , SÉV. , 544
Leur esprit [aux poëtes] toutefois se plaît dans son tourment , BOILEAU , Ép. X
Quel tourment de se taire en voyant ce qu'on aime, De l'entendre gémir, de l'affliger soi-même, Lorsque par un regard on peut le consoler ! , RAC. , Brit. III, 7
Dieu vous préserve de joindre les tourments de l'esprit à ceux du corps ! , VOLT. , Lett. Mme de Fontaine, 18 juin 1755
L'amour est un dieu que la terre adore, Il fait nos tourments, il sait les guérir , VOLT. , Dict. phil. Hémistiche.
De la religion ténébreux monuments [les hiéroglyphes], Pour les sages futurs laborieux tourments , A. CHÉN. , Fragm. d'un poëme intit. Hermès.
Et quand vous conterez votre longue infortune, Les tourments de l'espoir et l'attente importune , DELILLE , Hom. des ch. var. et add. ch. 4
XIe s.
En France en ad mult mervellus turment [orage] , Ch. de Rol. CIX
Et [sauvas] Daniel del mervellus turment Enz en la fosse.... , ib. CCXXIV
XIIe s.
Que je sui cil qui plus a de torment , Couci, VII
Deus en prist vengement [du roi d'Angleterre Guillaume le Roux], Al berser [coup de flèches] fu ocis e fina malement, Li corz en est purriz e l'aneme en turment , Th. le mart. 92
Engleterre est enclose et de terre et de vent ; Ne crient Deu ne ses sains pur un poi de turment [orage] , ib. 66
XIIIe s.
Adonc s'apaisa li tourmens, e fu la mer coie , Chr. de Reims, p. 49
Car puis en ai soufert grant peine et grief tourment , Berte, XLVII
Il vint à nous qui l'attendions en la chambre ou palais, et nous dit en riant, le tourment que il avoit eu aus prelas, dont le premier fu tel.... , JOINV. , 291
XIVe s.
Mes devroit l'en plus eslire morir et soustenir et souffrir très durs tormens , ORESME , Éth. 49
Après que il eut assiegé quinze jours, il fist drecer ses pierrers et ses mangonneaux, et maintes autres manieres de tourmens [machines de guerre] , Chr. de St Denis, t. II, f° 3, dans LACURNE
XVIe s.
Au mort et à l'absent Injureni tourment , LEROUX DE LINCY , Prov. t. II, p. 233
Cette mort, que les uns appellent des choses horribles la plus horrible, qui ne sait que d'autres la nomment l'unique port des torments de la vie ? , MONT. , I, 295
Il n'y a gueres moins de torment au gouvernement d'une famille que d'un estat entier, id. I, 274. Assez parens, assez tourmens , COTGRAVE ,
Abayez comme chiens, hurlez en vos tourmens, L'abysme ne repond que d'autres hurlemens , D'AUB. , Tragiques, jugement.
Picard et Berry, torment ; wallon, tourmain ; provenç. torment, turment ; espagn. et ital. tormento ; du lat. tormentum, tourment, proprement engin à tordre, de torquere (voy. TORDRE).