TOURBILLONNER

Prononciation : tour-bi-llo-né, ll mouillées, et non tour-bi-yo-né
Nature : v. n.

1Aller en tournoyant.
Comme les trombes qui sont complètes descendent depuis le nuage jusqu'à la surface de la mer, l'eau frémira, bouillonnera, tourbillonnera à l'endroit vers lequel le bout de la trombe sera dirigé , BUFF. , Add. et corr. th. terr. Oeuv. t. XIII, p. 40
Ces amas de poussière blanchâtre, qui tourbillonnent dans nos campagnes , BARTHÉLEMY , Anach. ch. 64
2Être agité ou s'agiter comme un tourbillon.
Elle [la calomnie] s'élance, étend son vol, tourbillonne , BEAUMARCH. , Barb. de Sév. II, 8
3Terme militaire. Se dit d'une troupe qui, sous le feu ou une charge de l'ennemi, se met en désordre.
La division Marcognet s'émeut, tourbillonne, et regagne précipitamment le vallon , CHARRAS , Waterloo, XI
4V. a. Agiter comme ferait un tourbillon.
Je crains que l'air de Grignan ne vous gourmande et ne vous tourbillonne , SÉV. , 24 avr. 1689
Il [Fléchier] a fait voir.... qu'elle [une personne se faisant religieuse] était délivrée de l'esclavage de nos passions, dont nous sommes tourbillonnés , SÉV. , 1er mai 1680
Tourbillon. TOURBILLONNER. Ajoutez : 5V. réfl. Se tourbillonner, être mû par un tourbillon.
La poussière est chose importune en lieu découvert ; jugez ce que ce peut être sous cette caverne où la poudre se tourbillonne en soi-même, et, n'ayant pas où sortir, retourne contre ceux qui la font émouvoir , MALH. , Lexique, éd. L. Lalanne.
XVIe s.
Tourbillonner estoit faire grand vent , GEOFF. , TORY, Des lett. att.