TORTUE

Prononciation : tor-tue
Nature : s. f.

1Animal amphibie à quatre pieds, qui marche fort lentement, et dont le corps est couvert d'un têt, d'une écaille (famille de la classe des reptiles). Tortue de mer. Tortue de terre. Soupe à la tortue. Écaille de tortue.
Il laisse la tortue Aller son train de sénateur ; Elle part, elle s'évertue : Elle se hâte avec lenteur , LA FONT. , Fabl. VI, 10
Nos gens y prirent une tortue du poids environ de deux cents livres , BOUGAINV. , Voy. t. II, p. 251 Pas de tortue, marche très lente.
Marchez donc ; la, quel pas de tortue ! , TH. CORN. , Comt. d'Orgueil, III, 9
À pas de tortue, en tortue, comme une tortue, très lentement.
Faire les doux yeux sans parler, C'est faire l'amour en tortue , RÉGNIER , Amour. tr.
Quand mes lettres vont comme des tortues par la tranquille voie du messager , SÉV. , 3 avr. 1675
Il partit le plus tard qu'il put et marcha à pas de tortue , SAINT-SIMON , 109, 169
Voyez où en sont Cyrus et Aronce au commencement du premier tome [du roman de Cyrus, par Mlle de Scudéry] ; cependant ces héros, avec leurs pas de tortue, ne laissent pas d'arriver au douzième , FONTEN. , Lett. gal. 8
Le mal a des ailes, et le bien va à pas de tortue , VOLT. , Lett. 'SGravesande, 1736
2Espèce d'abri ou de toit que les Romains formaient en tenant leurs boucliers réunis au-dessus de leurs têtes, pour se couvrir en approchant du pied de la muraille d'une ville assiégée.
Ayant mis leurs boucliers sur leurs têtes, ils s'avancèrent ainsi en tortue, sans que ni les traits ni les tuiles pussent leur nuire en aucune façon , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. VIII, p. 317 Machine de guerre, montée sur des roues et couverte, à l'abri de laquelle on pouvait s'avancer jusqu'au pied des murailles d'une ville assiégée.
3Ustensile pour la coction de certains mets. Terme de cuisine. Tête de veau en tortue, c'est-à-dire à la financière. 4Constellation qu'on appelle aussi la Lyre. 5Terme de marine. Embarcation qu'on emploie pour traverser un bras de met 6Petite tortue ou vanesse, sorte de papillon. XIIIe s.
D'un home pereceus je dirai : ce est une tortue , BRUN. LATINI , Trésor, p. 487
XVIe s.
Testudo, maladie ainsi appelée, à cause que les patiens ont une apostume à la teste, semblable à une tortue , PARÉ , Introd. 21
Belier, vignes, tortues, balistes , PARÉ , IX. Préf.
La tortue, quand elle a mangé de la vipere , MONT. , II, 171
Tortu, la bête ayant été ainsi nommée parce qu'elle a les pieds tortus ; provenç. et espagn. tortuga.