TORTIONNAIRE

Prononciation : tor-si-o-nê-r'
Nature : adj.

1Terme de jurisprudence. Inique, violent. Saisie tortionnaire.
La loi qui permettrait d'emprisonner un citoyen sans information préalable et sans formalité juridique, serait tolérable dans un temps de trouble et de guerre ; elle serait tortionnaire et tyrannique en temps de paix , VOLT. , Pol. et lég : Idées républ. 19
Sans le remboursement, l'impôt sur les rentes serait le plus violent, le plus tortionnaire qu'il fût possible d'imaginer , MIRABEAU , Collection, t. IV, p. 276
2Qui sert à torturer. Appareil tortionnaire. S. m. Le tortionnaire le bourreau. XIIe s.
E dejuste tei ne habiterat malignes ; ne ne parmainderont li torcunier devant tes oilz [yeux] , Psautier, dans Archives des missions scient. t. v, p. 146
XVIe s.
Assassinemens et autres cas enormes et tortionnaires par lui commis et perpetrés , DESPER. , Contes, XXX
Lat. tortio, torture, de torquere, torturer et tordre.